ALGÉRIE
02/12/2014 07h:41 CET | Actualisé 02/12/2014 08h:07 CET

Vidéo d'initiation d'un enfant à l'arme blanche: Louh ordonne une enquête, le père accuse un cousin

Twitter/AlgerieScoopNeo

La semaine dernière, une vidéo choc avait fait le tour du web algérien. On y voit un enfant en train d'être initié à l'arme blanche par une personne adulte. L'homme en question, dont le visage n'a pas été montré, demandait à l'enfant de sortir un couteau de sa poche et de "se battre comme un homme". L'adulte, couteau en main, fait ensuite mine d'attaquer l'enfant, visiblement effrayé.


L'enregistrement, massivement partagé sur les réseaux sociaux, a provoqué une vague d'indignation chez les internautes contre la maltraitance de l'enfant en question. Certains exigeaient même une réaction de la part des autorités. Le clip a été également diffusé sur les chaînes de télévision privées notamment Ennahar TV et Al Jazairiya, provoquant chez l'opinion publique une colère encore plus grande.


Face à cette indignation, le ministre de la Justice Tayeb Louh a ordonné hier 1er décembre l'ouverture d'une enquête afin d'identifier l'auteur de la vidéo en question et les personnes présentes au moment des faits, rapporte TSA.

Le père de l'enfant: "Je suis innocent"

Même si la vidéo n'identifiait pas le coupable, les commentaires sur les réseaux sociaux accusaient, par spéculation, le père de l'enfant. Ce dernier, M. Sadat Derouiche, est apparu hier sur Ennahar TV, accompagné de son l'enfant, pour clamer son innocence et exprimer sa douleur de voir son fils Ayoub, 8 ans, traité de la sorte.


Selon le père, Ayoub avait passé trois jours chez sa tante en compagnie de sa mère. M. Derouiche raconte son choc après avoir vu la vidéo pour la première fois sur la télévision. Il accuse un cousin de l'enfant d'être l'auteur de la vidéo.

"Il (le cousin) m'a dit: je reconnais mon tort et je suis prêt à assumer ma responsabilité", a déclaré M. Derouiche au microphone de la chaîne de télévision, et d'ajouter: "Je dis au ministre de la Justice que je suis innocent. Si je ne l'étais pas, je ne viendrais pas demander justice devant les caméras".

Si l'enquête lancée par le ministère de la Justice confirme que le coupable est le cousin d'Ayoub, il encourt une peine de prison allant de 1 à 5 ans et une amende entre 500 et 5000 DA, indique une source judiciaire citée par TSA.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.