ALGÉRIE
02/12/2014 07h:24 CET | Actualisé 02/12/2014 07h:24 CET

Inde: Deux sœurs félicitées pour avoir riposté à leurs agresseurs présumés dans un bus (VIDÉO)

Deux sœurs indiennes ont reçu encouragements et récompense lundi 1er décembre, après la diffusion d'une vidéo les montrant en train de riposter à trois de leurs agresseurs présumés dans un bus.

Les deux jeunes femmes âgées de 22 et 19 ans, Arti et Pooja Kumar, auraient été harcelées par des hommes dans un bus bondé vendredi dernier alors qu'elles rentraient chez elle dans la ville de Rohtak, située dans l'État rural de l'Haryana qui jouxte Delhi.

La séquence, abondamment relayée sur internet, les montre en train de frapper leurs agresseurs, notamment à coups de ceinture, sous l’œil indifférent des autres passagers.

La police a arrêté les agresseurs présumés dimanche soir après que le film, réalisé par une passagère enceinte, eut été diffusé sur les réseaux sociaux et les chaînes d'information en continu indiennes.

La plupart des commentaires ont salué le courage de ces femmes, certains dénonçant la passivité des autres passagers parmi lesquels on peut entendre des ricanements.

"Chapeau bas aux #RohtakBravehearts. Je méprise ces hommes qui sont restés assis et se sont contentés de regarder ce qui se passait", écrit l'un des commentateurs, en anglais, sur Twitter.

"Braveheart" est le surnom donné à l'étudiante de 23 ans décédée après avoir été victime d'un viol en réunion dans un bus en décembre 2012 à Delhi, un fait divers qui avait déclenché une vague d'indignation en Inde et à l'étranger.

"Vive les filles courageuses (...) réveillez-vous les spectateurs! Il est honteux que la seule à intervenir ait été une femme enceinte", écrit de son côté l'actrice Freida Pinto, star du film Slumdog Millionaire.

Un porte-parole de la police de Rohtak, Ved Singh Nain, a promis une enquête rapide sur cet incident survenu vendredi. Les femmes ont déclaré avoir été harcelées après avoir refusé les avances des hommes.

"Ils ont fait des gestes, nous ont touchées et insultées", a dit Pooja à la chaîne NDTV. "Nous ne pouvions plus supporter ça et avons commencé à les taper. Un des hommes a pris ma sœur par la main et l'autre me retenait par le cou. C'est alors que ma sœur a sorti sa ceinture et a commencé à taper", ajoute-t-elle.

Le chef de l'exécutif de l'État de l'Haryana, M. L. Khattar, a promis une récompense de 31.000 roupies (402 euros) à chacune des jeunes femmes.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.