ALGÉRIE
01/12/2014 07h:00 CET | Actualisé 01/12/2014 07h:39 CET

L'écrivaine égyptienne Radwa Ashour n'est plus

Capture ecran

Radwa Ashour, l'écrivaine egyptienne, n'est plus. Son nom ne veut dit peut-rien mais son oeuvre n'a pas dû vous échapper. n'est plus. Son nom ne vous dit peut-être rien mais son œuvre n'a pas dû vous échapper. Thoulathiyat Gharnata (La Trilogie de Grenade), c'est elle. Qitâtoun min Ouropa (Un morceau d'Europe) c'est elle aussi et tant d'autres œuvres qui ont suscité l'intérêt des critiques littéraires arabes et autres.

Née au Caire en 1946, Radwa Ashour, est la mère du poète palestinien Tamim Bargouti, et épouse de l'autre poète palestinien Mourid Bargouti. Elle a étudié la littérature anglaise à la faculté du Caire et a décroché un diplôme en littérature comparée de cette même université en 1972.

radwa ashour

Radwa Ashour décrochera son doctorat de l’université du Massachusetts, aux Etats-Unis, en 1975. A son retour en Egypte, elle enseignera à l'université de Aïn Shams. Elle a également, travaillé en tant qu'enseignante associée dans plusieurs universités européennes. Elle laisse en héritage une bibliographie très riche et variée.

Des œuvres qui lui permettront de remporter plusieurs prix, en Egypte comme à l'étranger, notamment le prix Constantin Cavafy International de littérature en 2007 et le prix des Emirats Arabes Unis pour le roman et l'histoire en 2012.

Les funérailles de Radwa Ashiur auront lieu aujourd’hui après la prière d'al Asr à partir de la mosquée Salah Eddine Al Ayyoubi au Caire.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.