MAROC
25/11/2014 03h:38 CET | Actualisé 26/11/2014 05h:51 CET

La formation des imams par le Maroc étendue à l'Afrique et l'Europe

La formation des imams par le Maroc étendue à l'Afrique et l'Europe
Mission de l'ONU au Mali - UN Mission in Mali/Flickr
La formation des imams par le Maroc étendue à l'Afrique et l'Europe

POLITIQUE RELIGIEUSE - Le centre de formation des imams maliens fête son anniversaire. Voila un an que les 106 imams sélectionnés au Mali par le ministère des Affaires religieuses de leur pays sont arrivés à Rabat.

Au programme: "Histoire de l'Islam", "sciences coraniques" ou "vie du prophète". Mais aussi informatique et communication.

L'expérience malienne

Une formation complète que le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, avait saluée lors de son passage en avril dernier. En visite au Maroc à l'occasion du Salon international de l'agriculture à Meknès, il avait fait le détour à Rabat pour assister à quelques heures d’enseignement.

Il avait alors félicité le personnel du centre, et confié sa surprise d'observer les changements dans l'attitude des étudiants, maniant désormais facilement la langue arabe, et récitant sans difficulté une vingtaine de hizb du Coran.

Séduits par l'expérience malienne, d'autres pays africains ont eux aussi soumis une demande de formation auprès du ministères marocain des Affaires islamiques.

La Guinée Conakry, la Côte d'Ivoire, le Nigéria et le Gabon devraient ainsi bientôt profiter de l'expertise marocaine. Par ailleurs, des imams tunisiens sont arrivés à Rabat pour commencer aussi leur formation.

Un enseignement adapté

Tous partagent un tronc commun, mais l’enseignement s'adapte également à chaque pays. Des cours d'histoire, de géographie et de droit, sont ainsi spécifiques à chaque nationalité.

Les demandes de formation s'accumulent sur le bureau du ministre des Affaires islamiques. L'union des mosquées de France souhaite envoyer 50 imams au centre de formation rbati. Les Maldives et la République tchétchène ont aussi fait part de leur intérêt auprès du ministère.

Pour les accueillir, un grand centre est en construction. Près de 700 ouvriers travaillent actuellement à bâtir l'édifice, qui doit être prêt début 2015 pour réunir les étudiants étrangers, mais aussi marocains, ainsi que les Mourchidates (prédicatrices).

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.