ALGÉRIE
24/11/2014 09h:25 CET | Actualisé 24/11/2014 09h:25 CET

Amara Benyounes fait un constat négatif de l'accord d'association Algérie-UE

Facebook/algerieconfluencesofficiel

Le ministre algérien du Commerce, Mr. Amara Benyounes, a dressé un bilan très négatif de la mise en oeuvre de l'Accord d'association Algérie-UE, dans un entretien accordé au magazine européen bimensuel "The Parliament Magazine", rapporté aujourd'hui 24 novembre par l'APS.

L'Accord d'association Algérie-UE, en vigueur depuis près de 10 ans, n'a été marqué que par le "déséquilibre structurel de la balance commerciale hors hydrocarbures" de l'Algérie en faveur de l'Union Européenne. "L'accord n'a pas eu l'effet escompté de promouvoir les exportations hors-hydrocarbures et d'attirer les investissements directs étrangers (IDE)", a-t-il indiqué.

La balance commerciale hors-hydrocarbures de l'Algérie a connu ce "déséquilibre structurel" suite à l'absence d'investissements européens, notamment dans les secteurs industriels et agro-alimentaires.

Les opérateurs économiques de l'Union Européenne sont tournés vers l'exportation régionale, causant "l'érosion des préférences accordées à l'Algérie dans le cadre de cet Accord d'association", selon le ministre du Commerce.

Contrairement à son partenaire nord-africain, l'UE a consolidé depuis l'entrée en vigueur de cet accord, en 2005, sa part de marché dans les importations algériennes, atteignent une moyenne annuelle de 52%.

L'Algérie a importé auprès de l'UE près de 28.5 milliards de dollars (USD) en 2013, exportant 42.7 milliards USD. Les exportations hors-hydrocarbures, constituées des produits miniers et énergétiques, ont atteint 1.5 milliards USD en 2013 contre 552 millions USD en 2005.

Amara Benyounes évoque également des "facteurs internes liés à l'offre", n'omettant pas toutefois de pointer du doigt les "facteurs externes qui découragent et freinent les exportations algériennes."

Des facteurs liés à "des conditions techniques et réglementaires d'accès au marché européen exigeantes et difficilement maîtrisables par les opérateurs économiques algériens". Le minisrte du Commerce souligne par ailleurs l'absence de connexion entre les sociétés algériennes et européennes.

LIRE AUSSI: Adhésion à l'OMC: chances ou cata pour l'économie algérienne (NABNI)

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.