MAROC
12/11/2014 09h:04 CET

Indemnité pour perte d'emploi: Les chômeurs pourront percevoir l'allocation dès janvier

ALLOCATIONS - Publiée au bulletin officiel du 11 septembre 2014, la nouvelle loi sur l’indemnité pour perte d’emploi entrera en vigueur le 12 décembre prochain. Montant, critères, démarches… Le HuffPost Maroc vous résume tout en quatre points.

Pas facile pour un sou

Dès janvier 2015, les chômeurs pourront percevoir la tant attendue allocation de chômage. Enfin, pas tous. Les critères? D’abord, le salarié, qui doit être apte au travail, doit justifier de 780 jours de cotisation durant les trois années précédant la perte de son emploi (dont 260 jours durant la dernière année). Et ce n’est pas tout: il faut avoir perdu son emploi "involontairement", ce qui exclut la démission et le licenciement pour faute grave, et être inscrit à l’ANAPEC. Détail important: les titulaires d’une pension d’invalidité ou de vieillesse ne sont pas éligibles aux indemnités pour perte d’emploi.

Pas à fonds la caisse

À quel montant un chômeur éligible aura-t-il droit? L’allocation est fixée à 70% du salaire mensuel perçu durant les 36 derniers mois précédant la perte de l’emploi. Toutefois, précise la loi, le plafond ne doit jamais dépasser le SMIG. En clair, l’indemnité ne dépassera guère 2600 dirhams (en comptant l’augmentation prévue pour 2015). Si le salarié décède au cours de la période où il bénéficie de l’allocation, ses ayants droit recevront l’indemnité, s’ils remplissent les conditions citées plus haut.

Attention au délai

Lorsqu’un salarié perd son emploi, il est tenu d’abord d’en informer la Caisse nationale de sécurité sociale dans un délai de 60 jours, sous peine de perdre ses droits, à moins que le retard soit justifié par un cas de force majeure. De même qu’il est tenu, dès qu’il aura trouvé un autre emploi, d’en informer par écrit la CNSS dans un délai de 8 jours, à partir de la date de son embauche.

Et moi, et moi, et moi

La dureté des exigences est telle que la plupart des chômeurs se voient éliminés d’office. La raison: plus de 50%, soit près de 600.000 personnes selon les statistiques du HCP, ne remplissent pas le premier et principal critère: la cotisation à une caisse de sécurité. Seuls 27,8% (sur 1,14 million de chômeurs) pourrait en bénéficier. Encore faut-il qu’ils aient cotisé durant les trois années précédant la perte l’emploi.

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.