MAROC
30/10/2014 16h:46 CET | Actualisé 23/11/2014 10h:22 CET

Jihadistes arrêtés au Maroc: le ministère de l'Intérieur donne des précisions

SIGN UP FOR A FREE BLOG SUBSCRIPTION AT: <a href="http://feeds.feedburner.com/zoriah/Rtel">feeds.feedburner.com/zoriah/Rtel</a>Receive new stories and images for free by email or rss reader This image and the full story are posted on <a href="http://www.zoriah.net">www.zoriah.net</a>
Zoriah/Flickr
SIGN UP FOR A FREE BLOG SUBSCRIPTION AT: <a href="http://feeds.feedburner.com/zoriah/Rtel">feeds.feedburner.com/zoriah/Rtel</a>Receive new stories and images for free by email or rss reader This image and the full story are posted on <a href="http://www.zoriah.net">www.zoriah.net</a>

JIHAD - Un communiqué du ministère de l’Intérieur apporte des précisions quant au Français, au Franco-marocain et à l’Algérien interpellés le 27 octobre à Kénitra et Fès, alors qu’ils s’apprêtaient à rallier Daech.

Selon l’Intérieur, le ressortissant français et son acolyte franco-marocain faisaient de la propagande jihadiste sur Internet en mettant en ligne des “séquences reproduisant les opérations de décapitation des otages par les combattants” de Daech.

Ils voulaient s'inspirer “du terroriste franco-algérien Mohamed Merah”, tué par la police française en mars 2012 après avoir assassiné sept personnes, dont plusieurs enfants dans une école juive.

Ces deux interpellés projetaient “des assauts contre des agences bancaires et des multinationales en France et au Maroc (…) et ce, dans le but de financer leurs équipées “jihadi” de concert avec des “jihadistes" dans la zone syro-irakienne”.

Quant à l’interpellé algérien, arrêté à Fès, il projetait de rejoindre son épouse marocaine et ses beaux-parents dans la zone syro-irakienne. L’enquête a établi qu’il "coordonnait son départ avec des combattants de l’Etat islamique."

Les trois protagonistes ont "été trouvés en possession d’une multitude de supports informatiques renfermant une documentation abondante puisée du net, ainsi que des enregistrements audiovisuels incitant au "jihad", apostasiant la société et légitimant l’appropriation des biens de l’Etat et des citoyens".

LIRE AUSSI:Jihad: Mohammed VI répond à la mère qui réclame le retour de ses filles

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.