MAROC
28/10/2014 13h:20 CET | Actualisé 23/11/2014 10h:14 CET

Terrorisme: le Maroc déploie Hadar, son nouveau dispositif anti-attentats

Terrorisme: le Maroc déploie Hadar, son nouveau dispositif antiattentats
Capture d'écran / 2M
Terrorisme: le Maroc déploie Hadar, son nouveau dispositif antiattentats

SÉCURITÉ - Conjointement avec les Forces armées royales (FAR), le ministère de l'Intérieur vient de mettre en place à l’aéroport Mohammed V de Casablanca son dispositif sécuritaire Hadar (Vigilance) pour faire face à la menace terroriste.

Depuis le lundi 27 octobre, les passagers marocains et étrangers de l’aéroport Mohammed V peuvent croiser des militaires en armes chargés d’assurer leur sécurité. C’est la première étape du déploiement du dispositif antiterroriste Hadar, annoncé le 25 octobre par le ministère de l’Intérieur.

Ce nouveau dispositif a vu le jour suite à une réunion de plusieurs responsables à l'aéroport Mohammed V, dont le ministre de l'Intérieur Mohamed Hassad, l’inspecteur général des FAR le général Bouchaïb Arroub, le patron de la gendarmerie royale le général Hosni Benslimane, le directeur général de la DGST (Direction général de la surveillance du territoire) Abdellatif Hammouchi, le ministre de l'Equipement Aziz Rabbah et le patron de la Royal Air Maroc (RAM) Driss Benhima.

Durant cette réunion, ils se sont attelés à "l’examen des mesures de sécurité déployées au niveau de cette plateforme aéroportuaire et des autres aéroports du Royaume", selon le communiqué officiel publié après cette concertation au sommet.

Hadar intégrera les Forces armées royales, la gendarmerie royale, la police et les forces auxiliaires. Après l’aéroport Mohammed V, le dispositif sera mis en place progressivement à travers tout le Maroc, couvrant les différents sites sensibles du royaume.

Ce déploiement sécuritaire, nouvelle étape pour lutter contre les attentats éventuels, entre dans la ligne des mesures antiterroristes adoptées ces derniers mois et visent entre autres de possibles actes de Daech. Le Maroc avait relevé son niveau d’alerte sécuritaire suite à la création de l’Etat islamique en juin dernier, avant de passer au stade supérieur en déployant des batteries antiaériennes à Casablanca en août 2014.

En parallèle, les autorités ont démantelé plusieurs filières jihadistes. Sur le plan juridique, le royaume a aussi renforcé les compétences de ses tribunaux en matière de terrorisme, permettant à la justice de condamner des Marocains ou des étrangers qui ont été entrainés au jihad en dehors du Maroc.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.