ALGÉRIE
19/10/2014 06h:22 CET | Actualisé 19/10/2014 06h:45 CET

Accusée par Hannachi de "chercher à détruire la JSK", la FAFdénonce la mauvaise gestion du président du club

Hannachi a donné une tournure politique aux problèmes de la JSK, la FAF riposte
DR
Hannachi a donné une tournure politique aux problèmes de la JSK, la FAF riposte

Rien ne va plus du tout entre le président de la JSK, Mohand Cherif Hannachi, et le président de la Fédération Algérienne de football (FAF).

Le patron de la JSK dont le club a été sanctionné par la Confédération Africaine de Football (CAF) de deux années d'interdiction de compétition en liaison avec la mort, sur le terrain de Tizi-Ouzou à la suite d'un jet de pierre, du joueur camerounais Albert Ebossé, est convoqué devant la Commission de discipline de la FAF.

LIRE AUSSI: La mort d'Albert Ebossé est une catastrophe infamante pour l'Algérie

En cause des déclarations incendiaires faites au Caire en marge d'un match amical avec le club local du Zamālek. Hannachi a mis en avant la solidarité des clubs égyptiens avec la JSK qui vit une "épreuve difficile" pour l'opposer à celle du président de la FAF, Mohamed Raouraoua qui "veut nous détruire".

"J’ignore si ceux qui veulent casser la JSK sont des Algériens et respectent ce club dont le palmarès est riche et qui a procuré beaucoup de joie au peuple algérien dans les moments difficiles" avait-il ajouté.

Les déclarations de Hannachi ont pris même une tonalité "politique": "La Kabylie a beaucoup donné au pays, notamment durant la période coloniale. La région a offert pas moins de 11 colonels à la Révolution.".

Des "mensonges énormes" selon la FAF

La FAF a publié un communiqué dénonçant les "mensonges énormes" et les "contrevérités" dont M.Hannachi est "seul, dans le milieu du football, à en avoir le secret".

Le communiqué lui reproche également de s'être érigé, à partir du "pays des Pharaons en "historien" de la guerre de libération nationale, confondant son rôle de président d’un club de football avec celui d’un homme politique". La FAF lui rappelle qu'il n'a pas de "mandat politique" pour représenter la Kabylie et "encore moins de compétences pour évoquer son histoire et ses héros que toute l’Algérie connaît".

Hannachi, indique le communiqué aurait dû observer l'obligation de réserve et se consacre à son rôle du président de la JSK qui "est le bien de la région mais aussi de toute la nation". Sur l'affaire Ebossé, la FAF souligne qu'au regard du règlement, le club est responsable de l'organisation des matchs.

Le communiqué cite l’article 62 points 6 et 7 du règlement de football professionnel qui dispose que le "club qui reçoit est chargé de la police du terrain ; il est responsable du désordre et du dysfonctionnement qui pourraient résulter avant, pendant et après un match, du fait de l'attitude du public, des joueurs et des dirigeants ainsi que de l'insuffisance de l'organisation".

La FAF évoque les propos malencontreux de Hannachi sur la mort d'Ebossé par "crise cardiaque" , sa lettre à la CAF "sous couvert de la FAF (cette fois)" pour un "recours contre la décision d’interdire de participation, le club, de compétitions africaines pour deux (2) ans ignorant encore une fois que les décisions du comité exécutif sont sans appel auprès de la CAF et qu’on ne se plaint pas d’une Confédération à la FIFA".

S'agissant de la gestion des obsèques d'Albert Ebossé, le communiqué note que Hannachi dit avoir envoyé 15.000 euros en " oubliant de citer que la FAF a dû payer le transfert de la dépouille, et les billets d’avions de toute la délégation qui s’est rendue au Cameroun".

La FAF reproche également à Hannachi d'avoir demandé à la FAF de " substituer à son club" pour régler le problème des arriérés dus par le joueur malien Cheikh Omar Dabo. "Pourquoi la FAF aurait à s’acquitter des dettes détenues par les joueurs étrangers sur des clubs ?"

Pour rappel, la Ligue de football professionnel (LFP) a donné jusqu’à fin octobre à la JSK pour s'acquitter des "sommes dues à son ancien attaquant malien, Cheikh Omar Dabo, ainsi que des amendes de la Fédération internationale de football (Fifa), au risque de se voir défalquer six unités de son capital points au classement du championnat de Ligue 1 algérienne et plus tard la rétrogradation".

La LNF avait réagi à des déclarations de Hannachi sur l’affaire Dabo en les qualifiant de "fausses et dénuées de tout fondement" et en relevant que la "Fédération et la Ligue de Football Professionnel ne gèrent pas les payements des joueurs de clubs étrangers".

"Le règlement de l’affaire du joueur étranger DABO relève de la seule responsabilité de la JSK qui aurait dû payer ce joueur depuis très longtemps, puisqu’elle a épuisé tous les recours concernant la décision de la FIFA".

La JSK ne manque pas de ressources, Hannachi gère mal, selon la FAF

Le communiqué de la FAF revient sur l’affaire en relevant que "la JSK paye bien en devises des joueurs et entraîneurs étrangers. Elle a également payé tous ses stages à l’étranger en devises et pourquoi ce président ne pouvait-il donc pas payer les salaires et amendes de la FIFA de Mr. DABO en devises ?? Dans les délais demandés".

La FAF indique avoir accepté de faire plusieurs "prêts" pour aider la JSK, deux prêts de 10 millions de dinars chacun alors que le club "dispose annuellement de ressources financières très appréciables".

A titre d'exemple, le communiqué cite les ressources pour l'année en cours avec 14 milliards de centimes en sponsoring Ooredoo, 3 milliards au titre de la Coupe d'Algérie et 03 milliards en droits TV et une subvention du Ministère des Sports : 02,5 milliards. Soit un total de 22,5 milliards de centimes auquel, précise le communiqué " il faudra ajouter les autres montants émanant d’autres sponsors, de publicité etc…. et la prise en charge par l’Etat du transport des équipes".

"Comment avec un tel budget un bon gestionnaire ne pourrait-il pas payer ses dettes et assurer le meilleur fonctionnement à un club de football en Algérie ?" s'interroge la FAF.

La Fédération met ainsi clairement en cause la capacité de Hannachi à "gérer" son club qu'il chercherait à masquer par des attaques contre les "instances du football" en " versant dans l’invective allant jusqu’à la calomnie".

Galerie photo Albert Ébossé est mort Voyez les images

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.