ALGÉRIE
04/10/2014 10h:47 CET | Actualisé 04/10/2014 11h:28 CET

La facture d'importation des médicaments de plus en plus lourde

Huffpost Algérie

La facture d'importation de médicaments de l'Algérie s'alourdira d'année en année. un constat fait par le chargé de la communication du ministère de la santé et de la population. Selon, la même source, ceci est dû à une couverture sanitaire globale et à l'acquisition de nouvelles molécules, a affirmé Slim Belkessam, le chargé de la Communication au ministère de la Santé et de la population et de la réforme hospitalière, .

Si la facture d'importation de médicaments parait, aujourd'hui, "normale" comparativement aux dépenses de l'Etat pour une prise en charge sanitaire globale, elle pèsera indubitablement plus lourd dans les années à venir pour répondre aux besoins croissants en matériel médical et en médicaments vétérinaires et à usage humain, a déclaré le responsable à la l'Agence de presse Algérienne (APS).

Il a, dans ce contexte, mis l'accent sur l'importance de procéder à une "étude de marché approfondie" et à une comparaison de la facture d'importation de médicaments durant les premiers semestres des années 2014, 2013, 2012 et 2011 pour pouvoir en évaluer les coûts et l'évolution.

Pour M. Belkessam, cette hausse pourrait être justifiée par le souci de l'Etat d'assurer la disponibilité de différents types de médicaments dont les médicaments anticancéreux "extrêmement coûteux", comparé aux années précédentes marquées par des ruptures de stock récurrentes.

Après avoir salué les mesures prises par les autorités publiques afin de garantir la disponibilité des médicaments, M. Belkessam a rappelé la tenue en octobre 2012 d'une réunion restreinte du Conseil des ministres consacrée à ce volet.

Il a tenu à préciser que les médicaments anticancéreux étaient importés et distribués par la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH), laquelle se charge également de l'importation des médicaments destinés au traitement des maladies orphelines et qui sont "extrêmement coûteux".

Par ailleurs, M. Belkessam a indiqué que plusieurs programmes de développement avaient été tracés par l'Etat dont des projets de réalisation d'hôpitaux et de nouveaux centres sanitaires de proximité à travers tout le territoire national, citant à titre d'exemple les centres anti-cancer (CAC) qui ouvriront bientôt leurs portes et ceux en cours de réalisation ou d'équipement.

Les médicaments anticancéreux importés par la PCH durant 2014 représentent 42% de l'ensemble des médicaments importés outre les médicaments destinés au traitement des maladies rares, distribués gracieusement au niveau des hôpitaux.

La priorité pour l'Etat, selon M. Belkessam, est d'encourager la production pharmaceutique au niveau local en s'orientant progressivement vers le développement des capacités nationales en matière de biotechnologie.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.