ALGÉRIE
02/10/2014 14h:13 CET | Actualisé 02/10/2014 14h:16 CET

Assassinat de Gourdel: Poursuites judiciaires contre 15 personnes, l'armée algérienne continue la traque

Capture d'écran de la dernière vidéo d’allégeance des Jund Al-Khilafa
capture d'écran
Capture d'écran de la dernière vidéo d’allégeance des Jund Al-Khilafa

Des poursuites judiciaires ont été engagées contre quinze personnes soupçonnées de participation à l’enlèvement et l’assassinat du ressortissant français Hervé Gourdel alors que l’armée algérienne maintient ses opérations sur les deux versants du Djurdjura, dans les Wilayas de Tizi-Ouzou et Bouira.

L’agence AFP rapporte ce jeudi en citant des sources judiciaires que des poursuites ont été lancées contre quinze personnes soupçonnées d’avoir participé à l’enlèvement du citoyen français, le 21 septembre dernier, et à sa décapitation.

Certains informations publiées dans la presse algérienne indiquaient déjà que le groupe qui s'est proclamé Jund Al-Khilafa et a prêté allégeance à Abou Bakr Al-Baghdadi était une dissidence d'AQMI (Al Qaïda au Maghreb) composée d'une quinzaine d'éléments.

Une vidéo des "Jund al-khilafa", diffusée mardi sur des sites djihadistes, montre cependant une trentaine d'hommes armés réaffirmant leur allégeance au Groupe Etat Islamique. La vidéo ne contient aucune allusion à l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel. "Nous réitérons notre allégeance à Abou Bakr al Baghdadi" a indiqué l'un des hommes apparaissant dans la vidéo.

LIRE AUSSI:Relief et vicissitudes politiques expliquent la persistance du terrorisme autour du Djurdjura

Aucun nom des personnes poursuivies par la justice algérienne n’a été donné hormis ceux, déjà connus, de Abdelmalek Gouri, alias Khaled Abou Souleïmane, 37 ans, le chef de Jund al khalifa (Les soldats du califat) et son bras droit présumé, Abdallah Abou Meriem.

Le ministre de la Justice, Tayeb Louh, avait annoncé mardi que les premières investigations sur l'assassinat du ressortissant français avaient permis "l'identification de certains membres du groupe terroriste ayant commis ce crime", sans donner de détails.

"Le 28 du mois en cours, le président du parquet d'Alger avait demandé le dossier de procédure et confié l'enquête au juge d'instruction du pole pénal d'Alger spécialisé dans les affaires liées au terrorisme et au crime organisé", a-t-il indiqué en précisant que le parquet "avait demandé au juge d'instruction d'émettre des mandats d'arrêt à l'encontre des membres identifiés de ce groupe terroriste armé ayant commis ce crime".

La traque continue

Le parquet a également "requis des commissions rogatoires de la police judiciaire pour localiser l'origine et le lieu de la mise en ligne de la vidéo", avait également ajouté M. Louh. Le parquet a aussi "requis une commission rogatoire pour la poursuite de l'enquête afin d'identifier le reste des membres du groupe terroriste et les présenter devant la justice".

Sur le terrain, selon El Watan, les opérations de l’armée se poursuivent sur les deux versants du Djurdjura (Bouira et Tizi-Ouzou) et "plusieurs endroits suspectés être les abris des terroristes ont été bombardés".

Le journal, citant des sources non identifiées, indique qu’un groupe terroriste lié à l’enlèvement de Gourdel serait encerclé dans les maquis de Tamalaht (à l’est de Bouira), réputés être un fief des terroristes islamistes.

"Des hélicoptères de l’ANP continuaient à survoler les lieux, pendant que les militaires bouclaient le périmètre, a-t-on précisé. Sur l’autre versant, dans la wilaya de Tizi Ouzou, les forces de sécurité poursuivent les opérations de recherche aux alentours du col de Tizi n’Kouilal" rapporte le journal.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.