ALGÉRIE
01/10/2014 13h:14 CET | Actualisé 01/10/2014 13h:19 CET

Livre blanc d'Ali Benflis: La fraude électorale est un "système hautement sophistiqué"

DR

La direction de campagne de l'ex-candidat à l'élection présidentielle d'avril 2014, Ali Benflis, a dévoilé le livre blanc sur la fraude électorale lors d'une conférence de presse animée par ce dernier hier 30 septembre.

Annoncé déjà le 25 avril dernier à la suite de l'annonce des résultats définitifs de la présidentielle par le Conseil Constitutionnel, l'ouvrage, mis en ligne par l'équipe d'Ali Benflis, s'étale sur 278 pages dont la majorité contient des copies de documents attestant de la fraude électorale en faveur du président-candidat Abdelaziz Bouteflika lors du scrutin d'avril.

Le reste du livre est consacré à l'explication des mécanismes employés par la fraude, ainsi que le contexte politique avant et durant le scrutin présidentiel d'avril dernier.

Des exemples de documents présentés comme preuves de la fraude électorale contiennent de faux procès verbaux, des procès verbaux signés à blanc, des documents qui prouvent la présence des noms de personnes décédées sur le fichier électoral à Sidi Belabbès, des listes de personnes ayant voté indûment, etc.

Le livre parle également d'un fichier électoral "gonflé" de plus de 3 millions de voix, constituant une marge sur laquelle peut jouer le pouvoir en faveur du candidat Bouteflika "par le moyen du bourrage des urnes, du vote multiple ou du vote illégal pour autrui".

"Ce livre blanc est une première dans son genre", déclare l'ancien chef du gouvernement, qui qualifie cet ouvrage d'un "précédent en tant que moyen d'une saine pratique démocratique". Le livre est l'occasion pour lui de révéler sa "part de vérité au sujet de la fraude".

Il est "un témoignage sincère, objectif et documenté de la fraude qui a entaché le scrutin du 17 Avril 2014, dans toutes ses étapes, ses formes et ses manifestations", lit-on dans la préface de l'ouvrage préparé par une équipe de travail mise en place par Ali Benflis.

Pour réaliser ce livre blanc, l'équipe du l'ex-candidat s'est basée sur les décisions de la commission nationale de supervision des élections, les comptes rendus de la presse, les rapports des représentants de Benflis sur le déroulement du scrutin dans les 48 wilayas, ainsi que sur les témoignages de nombreux citoyens sur la fraude le jour du scrutin.

"Une véritable institution"

La fraude électorale en Algérie est une véritable institution dont le but est de fausser la compétition politique est de permettre la survie du régime, selon Benflis. Documents à l'appui, le livre blanc sur la fraude détaille le fonctionnement de cette "institution" qui mobilise les moyens et les institutions de l'Etat en faveur du candidat Bouteflika.

Ce "système hautement sophistiqué" ne se limite pas aux urnes, l'ouvrage distingue trois visages de la fraude: institutionnel, structurel et fonctionnel.

le volé institutionnel adresse la partialité des institutions de l'Etat en faveur du président-candidat. Le gouvernement, le parlement ainsi que le Conseil Constitutionnel, transformés en "comités de soutien", n'auront pas observé la neutralité exigée par la nature de leur mission.

Le côté structurel concerne les failles et les lacunes dans le code électoral par lesquelles s’immisce la fraude et "donne libre cours à ses manipulations, à ses outrances et à ses abus".

Le visage opérationnel concerne enfin la dernière étape du processus, il est "celui de l’urne bourrée par tous les moyens : des votes fictifs, des votes multiples, de la manipulation du vote des corps constitués...".

L'ouvrage veut contribuer à l'éveil des consciences, faire comprendre que la fraude n'est pas une fatalité, que certains pays, autrefois réputés pour la fraude sont devenus des références en matière d'élections libres et démocratiques.

La solution?

Ali Benflis conclut lors de sa conférence que le scrutin présidentiel d'avril 2014 n'a servi qu'à "perpétuer la vacance au pouvoir et à exacerber la crise de légitimité institutionnelle". Il invite "tous ceux que la gravité d’une telle situation interpelle à un moment d’introspection, à méditer sur toutes les conséquences périlleuses de ce scrutin et à diriger un regard lucide et sans complaisance sur cette situation dégradée dont l’enjeu central est la stabilité de notre Etat".

L'antidote pour empêcher la fraude électorale est simple, estime l'ancien chef du gouvernement. Il s'agit de confier l’organisation des élections à venir à "une entité indépendante et souveraine" pour la libérer de l'emprise de l'appareil politico-administratif "falsificateur".

Une telle entité, explique le livre, "doit disposer de larges prérogatives depuis la tenue de la liste électorale, l’organisation et la supervision du déroulement des élections sur le terrain, la surveillance du dépouillement, jusqu’à la proclamation des résultats."

Limiter le rôle de l'Etat à l'aspect logistique et sécuritaire des scrutins, revoir la législation électorale avec comme but de la rapprocher des standards internationaux, et assurer l'indépendance de la justice électorale, sont autant de recommandations pour contrer la fraude avancées dans la conclusion de l'ouvrage.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.