MAGHREB
26/09/2014 16h:15 CET | Actualisé 27/09/2014 07h:04 CET

Tunisie - Présidentielle: Des parrainages avec des numéros de CIN identiques, des doublons et un grand cafouillage de l'ISIE

Marsad.tn

Des listes de parrainages de 9 candidats (Abderrahim Zouari, Ali Chourabi, Béji Caïd Essebsi, Fares Mabrouk, Hechmi Hamdi, Mustapha Kamel Nabli, Noureddine Hached, Safi Said et Slim Riahi) ont été publiées vendredi 26 septembre sur le site de l'Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE). Ces listes ont révélé quelques surprises puisque plusieurs parrains inscrits possédaient des numéros de cartes d'identité identiques.

Des parrains avec les mêmes numéros de CIN

Dans ces les listes de parrainages publiées concernant 9 candidats (sur les 70 ayant déposé leur candidature), certains numéros de cartes d'identité se répétaient plusieurs fois, avec des prénoms (ou des noms) différents.

Un internaute a ainsi listé les numéros de cartes d'identité qui posaient problème et élaboré une infographie à partir de ces données.

Un grand cafouillage

Plus tard dans la matinée, ces listes étaient devenues inaccessibles à partir du site de l'ISIE.

Plusieurs heures plus tard, le lien fonctionnait de nouveau mais les numéros des cartes d'identités des parrains avaient été supprimés.

En outre, la liste de Hechmi Hamdi a été supprimée et remplacée par celle de Kalthoum Kannou.

Problèmes de vérification des parrainages

Ces anomalies, doublées d'un cafouillage de l'ISIE, viennent s'ajouter aux révélations du président de l'ISIE, Chafik Sarsar, sur de nombreux problèmes que rencontre son équipe dans la vérification des parrainages.

M. Sarsar avait déclaré le 25 septembre sur Shems FM que son équipe de vérification composée de 80 personnes avait détecté plusieurs anomalies:

"Il y a un grand nombre d'électeurs qui ont signé sans être inscrits dans la liste des électeurs. Il y a également des doublons. Il y a même des noms de parrains sans leurs signatures", a-t-il affirmé

Que dit la loi?

Ces anomalies, si elles sont confirmées et "intentionnelles", peuvent impliquer des poursuites judiciaires éventuelles contre les candidats et parrains en question, en vertu de l'article 158 de la loi électorale.

Cet article prévoit "une peine d’emprisonnement de 6 mois et une amende de 1.000 dinars pour quiconque usurpe une identité ou une fonction ou fait de fausses déclarations ou de faux témoignages (...) et quiconque introduit, intentionnellement, des données fausses dans la requête d’opposition aux listes électorales ou dans sa demande de candidature".

Par ailleurs, l'article 41 de cette même loi énonce "qu'il est interdit à tout parrain de parrainer plus d’un candidat" et que "l’Instance doit, dans les délais prévus de l’article 45, informer, par tout moyen laissant une trace écrite, les candidats dont le parrainage a été effectué par un même électeur ou par une personne ne répondant pas aux conditions requises pour être électeur, afin de le remplacer dans un délai de 48 heures à compter de la date de notification, à défaut, la demande de candidature sera rejetée."

L'ISIE n'a toujours pas communiqué ses intentions face à ces anomalies. Son chargé de communication reste injoignable.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.