MAGHREB
17/09/2014 07h:18 CET | Actualisé 17/09/2014 09h:26 CET

Tunisie: Deux présumés terroristes tués lors d'affrontements avec un groupe armé à Châambi

afp

Deux présumés "terroristes" ont été tués lors d'affrontements survenus mardi soir sur le Mont Châambi, dans le gouvernorat de Kasserine, entre des unités de la garde nationale et de l'armée et un groupe terroriste. C'est ce qu'a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué publié sur sa page Facebook.

Les deux hommes ne seraient pas tunisiens, selon les informations préliminaires du ministère de l'Intérieur, qui indique avoir saisi deux Kalachnikov, des munitions ainsi que des grenades qui étaient en leur possession.

Mohamed-Ali Aroui, porte-parole du ministère de l'Intérieur, a précisé à l'agence TAP qu'au cours de cette opération, d'autres "extrémistes" ont été blessés, assurant que les opérations de poursuite et de ratissage sont actuellement en cours pour "anéantir" le reste du groupe.

Depuis la révolution, la Tunisie est confrontée à l'essor des violences attribuées à la mouvance jihadiste. Le Mont Châambi, à la frontière algérienne, est le théâtre d'affrontements réguliers entre des groupes armés et les forces armées tunisiennes. Des dizaines de gardes et de soldats ont été tués par l'explosion de mines, lors des affrontements ou d'embuscades meurtrières opérées par ces groupes.

Le chef du gouvernement Mehdi Jomâa a décidé mardi, lors de la réunion de la cellule de crise, de relever le niveau d'alerte de sécurité sur l'ensemble du territoire tunisien et plus particulièrement sur les frontières à la suite de l'arrestation de Mohamed-Ali Gharbi qui serait en relation directe avec le terroriste algérien Lokman Abou Sakhr (Khaled

Chaieb). Selon les autorités tunisiennes, ces deux derniers seraient impliqués dans la planification d'attentats ciblés contre l'ordre public et le processus de transition nationale.

Fin août, le ministre de l'Intérieur Lotfi Ben Jeddou avait fait état de "menaces terroristes" pesant sur le bon déroulement des élections qui doivent avoir lieu en octobre pour les législatives, novembre et décembre pour les deux tours de la présidentielle.

LIRE AUSSI:Le gouvernement craint des attentats pendant les élections

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.