MAGHREB
01/09/2014 09h:58 CET | Actualisé 01/09/2014 12h:10 CET

Tunisie: Mustapha Ben Jaâfar candidat à la présidentielle, sa démission de l'ANC n'a pas été évoquée

Flickr/Parti socialiste

Le président de l'Assemblée nationale constituante tunisienne (ANC), Mustapha Ben Jaafar, sera candidat à la présidentielle du mois de novembre, a annoncé lundi son parti de centre-gauche, Ettakatol.

"Nous annonçons officiellement la candidature de Mustapha Ben Jaafar à la présidentielle", a déclaré à l'AFP le porte-parole d'Ettakatol, Mohamed Bennour.

"Nous estimons que M. Ben Jaafar a joué un rôle déterminant pour la réussite de la phase transitoire (vers la démocratie), son rôle à la tête de l'ANC a été déterminant (...) c'est l'homme de la situation", a-t-il ajouté.

M. Ben Jaafar, figure politique tunisienne de premier plan, préside l'ANC qui après moult retards et crises politiques a adopté la nouvelle Constitution du pays en début d'année, ouvrant la voie à des législatives en octobre et à la présidentielle en novembre. Sa candidature était attendue.

Sa démission de l'ANC n'a pas été annoncée

Cependant, la démission de Mustapha Ben Jaâfar de la présidence de l'Assemblée n'a pas été évoquée. Le parti avait pourtant déclaré que son leader démissionnerait de son poste à l'Assemblée dans le cas où il se porterait candidat à la présidentielle.

Contacté par le HuffPost Maghreb, Sami Razgallah, chargé de la communication d'Ettakatol, a simplement indiqué que son parti ne pouvait statuer sur une telle décision. "C'est une décision personnelle que seul M. Ben Jaâfar peut prendre", a-t-il déclaré.

M. Razgallah a cependant estimé que la situation sécuritaire du pays était à prendre en compte et qu'un vide institutionnel découlant de cette démission serait à éviter.

Le CPR du président Moncef Marzouki et Ettakatol sont les deux partis s'étant alliés avec les islamistes d'Ennahda, vainqueurs des élections en octobre 2011 de l'ANC.

MM. Ben Jaafar et Marzouki ont été très critiqués pour avoir formé cette coalition par nombre de leurs anciens amis politiques.

L'alliance a néanmoins gouverné la Tunisie jusqu'à l'adoption de la Constitution, après quoi ils ont laissé la place à une équipe apolitique, menée par Mehdi Jomâa, chargée de conduire le pays aux élections.

Agé de 73 ans, M. Ben Jaafar est un francophone et francophile assumé, proche des dirigeants du parti socialiste français, y compris du président François Hollande.

Opposant au régime déchu de Zine El Abidine Ben Ali, ce médecin radiologue de formation, avait voulu se présenter en 2009 à la présidentielle mais sa candidature avait été rejetée.

Les élections de l'automne en Tunisie sont censées parachever le processus de "transition vers la démocratie" lancée par la révolution de décembre 2010-janvier 2011.

LIRE AUSSI:L'interview de Mustapha Ben Jaâfar au HuffPost Maghreb

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.