ALGÉRIE
22/08/2014 12h:03 CET | Actualisé 22/08/2014 13h:30 CET

Le blé français en difficulté en Algérie, une aubaine pour les britanniques (Reuters)

HuffPost Algérie

En raison d’une saison de médiocre qualité pour le blé meunier, la France aura des difficultés à vendre son produit sur ses marchés traditionnels d’Afrique du nord et notamment l’Algérie qui a des exigences de qualité élevée, indique l’agence Reuters.

L’agence cite des spécialistes du marché céréalier qui considèrent que la France aura beaucoup de mal à honorer ses contrats concernant l’Afrique du nord et notamment l’Algérie.

Elle révèle que la France, premier producteur et exportateur de l'UE, a recours à l’achat du blé de mouture lituanien et colombien à mélanger avec son blé qui a été "exceptionnellement de médiocre qualité cette année" pour pouvoir honorer des contrats conclus avec des pays hors Union Européenne.

Les exportations françaises sont en général supérieures à celles de la Grande-Bretagne et de la Lituanie sur le marché mondial. Mais un été particulièrement pluvieux a entrainé une récolte presque totalement destinée à l'alimentation animale plutôt des grains de bonne qualité panifiable.

En recourant à l’importation, la France tente de conserver sa part des exportations de blé pour parvenir à offrir une qualité de blé à la hauteur des critères de ses clients traditionnels du marché.

LIRE AUSSI:Le premier exportateur de blé européen se met à importer

Au cours des 13 dernières années, affirme l’Agence Reuters, la France n’a importé qu’une seule fois en 2010, d’importantes quantités de blé lituanien pour les mêmes raisons.

Selon la même source, les principaux marchés de la France en Afrique du Nord, en particulier l’Algérie, devraient prendre leurs devants aussi et chercher au-delà de leur fournisseur traditionnel pour de futurs contrats.

Bien que les analyses de qualité soient en cours de rédaction, Reuters croit savoir qu’une grande partie de la récolte française ne répond pas aux normes requises notamment par son premier client, l’Algérie.

Du coup, les britanniques se mettent en position pour récupérer une partie du marché algérien. Un trader britannique s'attend déjà à ce que la part des exportations britanniques vers l'Algérie atteint 0,5 millions de tonnes d'ici la fin de l'année.

"Je n'exclus pas une année record des exportations vers l'Algérie", a déclaré à Reuters Jack Watts, analyste senior chez Home-Grown Cereals Authority de Grande-Bretagne. La France pourrait se retrouver à placer plus de blé sur le marché européen que mondial pour la première fois en sept ans.

La mauvaise qualité du blé français - exprimée par l'indice de chute Hagberg - est difficilement soluble dans le mélange avec des grains de qualité supérieure

Selon Reuters, divers résultats montre que l'indice de chute du blé français se situait souvent "très en dessous du minimum de 230-240 Hagberg exigé par le principal client l'Algérie et des 250 demandés par le Maroc ou même des 200 exigées par l'importateur public égyptien.

Reuters souligne également que l'Algérie a des normes élevées pour d'autres critères comme le broyage ou la teneur en protéine du grain.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.