MAGHREB
11/08/2014 12h:05 CET

Mongi Hamdi: La Tunisie opposée à toute intervention étrangère en Libye

DR

La Tunisie est opposée à toute intervention étrangère en Libye voisine où des combats meurtriers entre milices rivales ont accentué le chaos ces dernières semaines, a indiqué lundi le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi.

"Nous refusons toute intervention étrangère en Libye (...) nous oeuvrons pour aider les frères en Libye à parvenir à une solution politique. Nous croyons en Tunisie que la solution politique est la seule solution", a-t-il souligné, selon des propos retransmis par la radio Mosaïque FM.

En marge du Sommet Afrique à Washiington, Moncef Marzouki, président de la République tunisienne, avait quant à lui émis la possibilité d'une intervention sous l'égide de l'ONU ou de l'Union africaine, mais à condition que la demande émane du gouvernement "légitime" libyen et que cette éventuelle intervention ne serve qu'à sécuriser les institution, sans combattre l'un ou l'autre camp.

LIRE AUSSI:Marzouki à Washington: J'ai suffisamment de problèmes avec de nombreux pays arabes

La Tunisie, qui a une frontière poreuse avec la Libye, a renforcé sa présence militaire et policière près de son voisin de crainte de voir le conflit libyen s'étendre.

Elle a aussi annoncé refuser d'accueillir en masse des réfugiés comme en 2011 lors de la guerre qui a renversé, avec le soutien militaire occidental, le régime de Mouammar Kadhafi.

L'Algérie a exclu pour sa part la semaine dernière toute intervention militaire en Libye, appelant également à une solution politique.

La Libye est le théâtre depuis la mi-juillet d'affrontements meurtriers entre diverses milices à Tripoli, la capitale, et à Benghazi, (est).

Les autorités libyennes ne sont jamais parvenues à contrôler les dizaines de milices formées d'ex-insurgés qui font la loi dans le pays, en l'absence d'une armée et d'une police régulières bien entraînées.

LIRE AUSSI:Tunisie, Algérie, Maroc, Egypte et Etats-Unis s'inquiètent de la situation en Libye, dans une déclaration commune

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.