ALGÉRIE
03/08/2014 15h:19 CET | Actualisé 04/08/2014 05h:34 CET

Rachid Birbach, l'imam franco-marocain qui fustige le Hamas et défend Israël

Rachid Bribach avec l'ambassadeur d'Israël en France Yussi Gal et le e Grand Rabbin de France Haïm Korsia
Facebook Birbach
Rachid Bribach avec l'ambassadeur d'Israël en France Yussi Gal et le e Grand Rabbin de France Haïm Korsia

Il s’appelle Rachid Birbach. Il est marocain, imam à Auxerre et il mène campagne contre le Hamas et pour le droit d’Israël à se "défendre". Il suscite des réactions véhémentes sur les réseaux sociaux.

L'imam Rachid Birbach reprend à son compte tous les thèmes développés par les communicants israéliens dont celui qui veut que le Hamas utilise les civils palestiniens comme des "boucliers humains".

Des argumentaires présentés sur France 24 en arabe qui ont suscité des vives réactions de deux autres participants au débat. Même l’animateur de l’émission, Djamal Boudouma, semblait choqué par le discours primaire et tranché de l’imam marocain.

La dame qui participait au débat a réagi avec colère : "Mais, c’est Netanyahu, qui parle!" avant d’ajouter plus tard : "Cet homme ne supporte pas que le monde entier bouge pour la cause palestinienne".

LIRE AUSSI:

L’imam Rachid Birbach commence à être très connu sur les réseaux sociaux. Un hashtag #Birbash a été lancé, les tweets ne sont pas en faveur de l'imam. Certains, avec un humour grinçant, en profitent pour avertir l’imam franco-tunisien Hassan Chalghoumi, qu’il a désormais un sérieux concurrent.

Présenté souvent par les autorités françaises comme un imam "républicain modèle", Hassan Chalghoumi est fortement décrié au sein de la communauté musulmane de France.

Le politologue Pascal Boniface notait à son propos qu’il est ce que "la sociologie américaine appelle un "native informant", ces figures qui occupent la parole d’une communauté dont ils n’ont pas le soutien, mais qui tirent leur légitimité des médias et des milieux politiques dominants. Il dit ce que la majorité a envie d’entendre de la part d’une minorité, mais pas ce qu’elle pense réellement. Les "informateurs indigènes" valident les stéréotypes que la majorité véhicule sur leur communauté".

Claude Askolovitch, dans son essai à contre-courant Nos mal-aimés, ces musulmans dont la France ne veut pas" évoque aussi le cas Chalghoumi et les sentiments opposés qu'il inspire aux musulmans et à l'establishment français.

"Etrange destin. Chalghoumi exaspère les musulmans, mais est une vedette française. En mars 2013, on l’a présenté en joyau national au vieux Shimon Peres, le président israélien, homme d’Etat vétéran devenant comparse, malgré lui, d’une pantomime française. Chalghoumi est inaudible – sauf dans la France officielle, ses politiques et ses médias, le public innocent ".

L’imam marocain Rachid Birbach pousse le filon si loin qu'il suscite déjà des réactions d'aversion et pas seulement dans les milieux islamistes. Pour beaucoup, le jeu de rôle que l'imam assume est en définitive humiliant pour l'intelligence des musulmans.

On voit dans la vidéo ci-contre Rachid Birbach dans un rassemblement pro-israélien organisé le 30 juillet 2014 par le Crif où il ressort les mêmes arguments qui semblent combler d’aise une faible assistance. Le politologue Hasni Abidi, homme plutôt pondéré, a lancé à son sujet un tweet plein de colère.

Sur les réseaux sociaux, des marocains qui n’apprécient pas ont lancé une page Facebook intitulée: " nous demandons le retrait de la nationalité marocaine à l’imam Rachid Birbach".

Les commentaires de marocains sur un article de Hespress sur la prestation de l’imam sur France 24 sont très vifs.

"C'est un imam acheté par Israël, le Maroc est innocent de ce genre d'hommes, il n'en fait pas partie". "Tous les efforts que fait le Maroc pour la cause palestinienne sont affectés par des imams résidant en France. Je ne sais pas s'il s'agit de l'avis de l'imam ou bien celui d'une pure idéologie française". "Dommage que tu sois marocain !" "Birbach est un imam ignorant en politique".

Un imam salafiste marocain , Mohamed Al-Fezzazi a dénoncé un ralliement à Israël contre les victimes de Gaza de la part d'un "traître" qui reproduit le discours des médias israéliens et pro-israéliens. La prière n'est pas licite derrière cet individu, a-t-il averti.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.