ALGÉRIE
02/08/2014 09h:43 CET | Actualisé 02/08/2014 12h:58 CET

Des intellectuels et des personnalités québécoises contre l'attitude du gouvernement Harper sur Gaza

AFP

Après les artistes et intellectuels espagnols c’est au tour, de ceux du Canada de s’élever contre "l’attitude partisane" du gouvernement de Stephen Harper.

Ne pouvant plus garder le silence sur une position qu’ils jugent de plus en plus "complice", 133 intellectuels dont Michel Seymour, Louise Harel, Julius Grey, Normand Baillargeon, et Gérard Bouchard, reprochent dans les colonnes du quotidien québécois, Le Devoir, au gouvernement canadien "l'abandon de sa vocation pacifique".

Dans une lettre adressé à leur gouvernement le vendredi 1er aout, les intellectuels et personnalités québécoises signataires du texte déplorent "l'aveuglement" du gouvernement Harper au sujet de la guerre menée par Israël sur Gaza. Selon eux, "la partisanerie du Canada attise le conflit" au lieu de chercher une solution.

"Nous attendons du gouvernement Harper qu'il travaille concrètement à l'établissement d'une paix durable au Moyen-Orient plutôt que d'attiser le conflit actuel par ses prises de position partisanes.", déclare les signataires de la lettre.

Les 133 intellectuels québécois reprochent ainsi, au gouvernement canadien "l'abandon de sa vocation pacifique". "Nous avons [...] une responsabilité envers notre gouvernement, et cette responsabilité est, en ce moment, marquée par la honte", peut-on lire dans les extraits de la lettre publiée par la presse canadienne hier.

Les signataires de la lettre ne s’adressent pas qu’au gouvernement de leur pays, ils appellent dans le même sillage, le gouvernement du Québec à sortir de son silence et invitent la population à boycotter "les compagnies qui font affaire avec les colonies israéliennes".

Le silence sur ce qui se passe à Gaza ne passe plus même dans les pays les plus engagés auprès du gouvernement de Netanyahou.

LIRE AUSSI :

Les vérités sur Gaza de Michèle Sibony de l'Union Juive Française pour la Paix (VIDEO)

Bombardement de l'Ecole de l'Unrwa à Jabalia: Le responsable onusien sanglote ( VIDÉOS)

Javier Bardem, Pénélope Cruz, Aldomovar, Madonna... des artistes contre l'horreur faite à Gaza

Appel de Prix Nobel de la paix pour un embargo militaire sur Israël

Le philosophe Michel Seymour expliquera aux médias canadiens que "les compagnies québécoises vendent de l'équipement militaire à Israël alors qu'il y a un embargo du côté palestinien".

Pour lui cette attitude n’est en rien impartiale. "Nous ne sommes pas neutres. Nous avons en quelque sorte les mains entachées de sang."

Le gouvernement canadien continue, cependant, à reconnaitre "le droit d’Israël de se défendre" et de "condamner les actions du Hamas", unique responsable, selon lui, "des morts et de la destruction dans la bande de Gaza".

Interrogé sur la lettre des intellectuels et personnalités québécoises, le ministre d'État québécois à la Réforme démocratique, Pierre Poilievre, affirmera que "cette lettre ne reflète pas les valeurs des Québécois et des Canadiens". Il persistera à dire "les Canadiens s'opposent au terrorisme du Hamas, qui a provoqué ce conflit et qui utilise des boucliers humains pour protéger ses armements".

"Le Hamas continue de démontrer sa totale insensibilité pour le bien-être du peuple palestinien", soutiendra le porte-parole du cabinet de Stephen Harper, Carl Vallée.

À contre-courant des condamnations de la communauté internationale, le premier ministre Stephen Harper avait réitéré, mercredi, le soutien de son pays à l’Etat hébreu. Le bombardement de l’école de l’UNRWA n’a pas changé d’un iota sa vision de l'agression israélienne.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.