ALGÉRIE
26/07/2014 20h:07 CET | Actualisé 27/07/2014 21h:25 CET

Les raisons du limogeage du PDG de Sonatrach, Abdelhamid Zerguine, restent mystérieuses

Abdelhamid Zerguine, ex-PDG de Sonatrach
Facebook Zerguine
Abdelhamid Zerguine, ex-PDG de Sonatrach

Le PDG de la compagnie publique des hydrocarbures Sonatrach, Abdelhamid Zerguine a été limogé, le vice-président de l’Aval Saïd Sahnoune prend la tête du groupe à titre intérimaire. Saïd Sahnoune devrait être installé dans ses fonctions, dimanche 27 juillet.

Aucune explication n’a été donnée sur le limogeage de Abdelhamid Zerguine qui a été confirmé par le Premier Ministre, Abdelmalek Sellal.

Zeguine était à la tête du groupe depuis novembre 2011. Il avait succédé à ce poste à Nordine Cherouati qui avait pris la tête du groupe en mai 2010 dans un contexte de crise au sein de l’entreprise dont le top management avait été décapité pour des affaires de pot-de-vin qui ont fini par éclabousser l’ancien puissant ministre de l’énergie, Chakib Khelil.

Agé de 64 ans, M. Zerguine, ingénieur de formation, a dirigé avant sa désignation à la tête du groupe, la Samco, filiale de Sonatrach et de l’italien ENI, basée à Lugano en Suisse.

Outre l’impact des affaires qui a pesé sur le groupe Sonatrach, Abdelhamid Zerguine, a eu à gérer le "séisme" de l’attaque terroriste contre la base gazière de Tiguentourine. Il était partie prenante aux laborieuses tractations avec les groupes BP et Statoil qui avaient retiré leur personnel de la base gazière en soulevant de nouvelles exigences sécuritaires.

Le limogeage du PDG de Sonatrach intervient une semaine après l’annonce d’un ambitieux plan d’investissement de 100 milliards dans le cadre d’un plan à moyen terme destiné à augmenter la production à 225 millions de Tep (Tonnes équivalent pétrole) en 2018.

42 milliards de dollars devaient être consacrés au développement de plusieurs gisements pétroliers et gaziers, selon une source citée par Sonatrach.

LIRE AUSSI:

A Alger, on se perdait en conjectures sur les raisons de ce limogeage, Abdelhamid Zerguine ayant été un exécutant obéissant de la politique énergétique décidée par le ministre de l’énergie et des mines, Youcef Yousfi.

Louisa Hanoune, président du parti des travailleurs (PT) qui se positionne volontiers comme un soutien critique du pouvoir a fustigé récemment, le patron de l’ETRHB, AlI Haddad, qui avait mené campagne pour le 4ème mandat de Bouteflika au sein du patronat, en l’accusant de chercher à "faire installer son ami à la tête de Sonatrach, dans le but d’obtenir plus de contrats".

Louisa Hanoune promettait de s’opposer à la "déstabilisation" de l’entreprise et de ne pas permettre "à ce personnage de réaliser ce qu’il veut".

Aurait-il eu gain de cause en définitive? Les questions restent posées autour de ce limogeage aux motivations encore mystérieuses.

LIRE AUSSI: Hocine Malti: "Exploiter le gaz de schiste pour l'Algérie équivaut à se tirer une balle dans le pied"

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.