ALGÉRIE
20/07/2014 05h:16 CET | Actualisé 20/07/2014 06h:13 CET

Des milliers de palestiniens fuient le quartier de Chajaya soumis à des raids intensifs. 360 morts dont 85 enfants en 13 jours

Des palestiniens fuyant le quartier de Chajaya
Afp
Des palestiniens fuyant le quartier de Chajaya

Au moins 40 morts dans le quartier de Chajaya, quartier à l’est de la ville de Gaza, que des milliers de palestiniens terrorisés fuyait, dimanche matin. Le drame des habitants de ce quartier marque déjà une journée où, selon des témoins, de nombreuses victimes sont étendues dans la rue.

Les images diffusées par plusieurs chaînes de télévision de cadavres déchiquetés dans les rues dont ceux d'enfants sont insoutenables. Ce qui s'est passé à Chajaya apparaît comme un saut supplémentaire dans l'escalade.

Les survivants qui s'exprimaient sur les mêmes chaînes dont Al-Jazira se trouvent dans un état de sidération. "C'est la nuit la plus infernale que j'ai jamais vécue" raconte une femme.

Sur son compte Facebook du Dr Achraf al-Qoudra, porte-parole du ministère de la santé, qui fait état de l’incapacité des services de secours à aller prendre en charge des blessés dans de nombreuses du fait des bombardements intensifs.

Sur cette même page, la liste des morts s’égrène de minute en minute au fur et à mesure de l’arrivée des corps et des blessés dans les hôpitaux. Le Directeur Général de l'Hôpital Chiffa parle d'un "massacre sans précédent" à Chajaya.

Des habitants de Chajaya installés devant l'hôpital Chiffa

chiffa gaza

Parmi les nombreux morts figure, le fils du dirigeant du Hamas, Khalil Al-Hiya, sa femme et ses deux filles tués dans un raid contre leur domicile à Chajaya. Les pires inquiétudes portent sur ce qui se passe à Chajaya, qualifié de massacre par le mouvement Hamas.

Selon les décomptes, 57 personnes ont été tuées au cours des dernières 24 heures portant le bilan, encore provisoire, des pertes palestiniennes à 360 morts dont 85 enfants.

Une équipe d’ambulancier a été tuée à Chajaya. Un journaliste fait également partie des victimes dont le nombre ne cesse de s’allonger. Les responsables de l’UNRWA ont lancé un appel à l’aide internationale car les moyens dont ils disposent s’épuisent.

Efforts diplomatiques

Cette escalade sanglante intervient alors que les efforts diplomatiques ne paraissent pas en mesure de trouver une issue, le Hamas et les autres factions combattantes à Gaza refusant de s’engager dans un cessez-le-feu qui maintient le blocus total imposé à 1,8 millions de palestiniens.

Alors que l’Egypte a invité Khaled Mechaâl, le mouvement Hamas a réitéré qu’il n’accepterait pas la proposition initiale du Caire approuvée par Israël. La position du Hamas sur cette proposition est "connue" a indiqué le mouvement dans un communiqué tout en se disant prêt à "coopérer avec toute initiative de n'importe quelle partie qui répondra aux demandes spécifiques palestiniennes déjà présentées".

Le Hamas a communiqué à plusieurs pays dont le Qatar et la Turquie, ses demandes qui comportent la levée du blocus en place depuis de 2006, l'ouverture du poste-frontalier de Rafah avec l'Egypte, la liberté du mouvement pour les gazaouis, la suppression de la «zone tampon» interdite aux habitants de Gaza, l’autorisation de pêcher jusqu'à 12 milles marins des côtes de Gaza et la libération des prisonniers.

Le Hamas a précisé que l’Egypte avait été informée de ces demandes.

Mahmoud Abbas qui avait critiqué le refus du Hamas d’accepter la proposition égyptienne a entériné ces demandes, via Yasser Abed Rabbo, le secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). "Les demandes de la Résistance sont aussi nos demandes. Si Gaza est brisée, tous les Palestiniens seront brisés.
"

Le Premier Ministre turc, Recep Tayyip Erdogan a maintenu ses critiques contre Israël qu’il a accusé de "surpasser Hitler en barbarie".

"Ils maudissent Hitler jour et nuit, mais ils l'ont surpassé dans la barbarie... Ils n'ont ni humanité ni conscience ni honneur", a-t-il déclaré au cours d'un rassemblement.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.