ALGÉRIE
15/07/2014 03h:59 CET | Actualisé 15/07/2014 08h:47 CET

La Libye s'enfonce dans la guerre des milices: 15 morts dans les combats pour l'aéroport de Tripoli

De la fumée au niveau du parking de l'aéroport de Tripoli
Social Media
De la fumée au niveau du parking de l'aéroport de Tripoli

15 personnes tuées et 70 blessées dans les affrontements pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli qui a essuyé des tirs de missiles entrainant de très graves dégâts aux installations et aux appareils stationnés sur le tarmac, rapporte mardi matin le Libya Herald.

De même source, le bilan des affrontements entre les forces de l’Opération Dignité du général Haftar et les milices islamistes qui tiennent l’hôpital Jalaa de Benghazi ont fait 7 morts et 35 blessés.

La Libye s’enfonce dans le chaos et le gouvernement a annoncé qu’il envisageait de recourir à des forces internationales – non identifiées – pour rétablir la sécurité, notamment à Tripoli.

Ces forces, a indiqué un communiqué du porte-parole du gouvernement, Mohamed Lamine, auront pour mission de "de protéger les civils et les richesses de l'Etat et (de) prévenir l'anarchie et l'instabilité, et (de) donner l'occasion à l'Etat de construire ses institutions, en particulier l'armée et la police ".

Les dégâts causés aux installations de l’aéroport et aux appareils sont considérables et nécessiteront des longs mois et des centaines de millions de dollars, a indiqué le gouvernement.

90% des appareils ont été endommagés ainsi que la tour de contrôle. Un centre de maintenance d’avions et un bâtiment de la douane ont été totalement détruits.

Le Libya Herald a fait état de deux avions d’Afriqiyah Airways touchés dont un Airbus de 250 millions de dollars qui aurait subi des dégâts irréparables.

L'aéroport de Tripoli est fermé depuis dimanche en raison d'affrontements violents déclenchés par une attaque de milices islamistes de la ville de Misrata cherchant à en chasser leurs rivales, les brigades d'ex-rebelles de la ville de Zenten qui le contrôlent depuis 2011.

Ces affrontements s’inscrivent dans un cadre général de lutte entre milices pour le contrôle du pouvoir. Elles sont fortement marquées par des dimensions tribales sur lesquelles s’appuient les courants politiques en compétition, libéraux et islamistes notamment.

Les autorités de transition, elles-mêmes impliquées dans ces luttes de positions entre milices, n’ont jamais pu rétablir une autorité centrale avec une seule armée et une seule police. Les dernières élections, boudées par une majorité de Libyens, n’ont pas permis de dépasser le blocage général.

Alors que le gouvernement parle de recourir à des forces internationales, la mission de l'ONU (Unsmil) a décidé du retrait temporaire de son personnel de Libye pour des raisons de sécurité.

"Après les combats de dimanche et en raison de la fermeture de l'aéroport international de Tripoli, la mission a conclu qu'il ne serait pas possible de continuer son travail (...) tout en assurant en même temps la sécurité de son personnel ainsi que leur liberté de mouvement "

"Les Etats-Unis sont très inquiets de la violence en cours en Libye et les prises de position dangereuses qui pourraient conduire à un conflit généralisé. Nous affirmons notre soutien à la transition démocratique libyenne et appelons à l'installation de la nouvelle Chambre des représentants le plus tôt possible " a déclaré la porte-parole du département d'Etat Jen Psaki. La France dit redouter "une extension du conflit" et a appelé "toutes les parties au calme et au dialogue".

Les Etats voisins de la Libye, réunis en Tunisie, ont appelé lundi à un dialogue national et annoncé la mise en place de commissions sécuritaire et politique pour tenter d'aider le pays à sortir de l'anarchie. Une mission ardue pour ne pas dire impossible…

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.