ALGÉRIE
06/07/2014 09h:14 CET | Actualisé 20/10/2014 05h:04 CET

Rassemblements de "la colère" pour dénoncer l'insécurité à Ghardaïa

WASS

Plusieurs centaines de Mozabites se sont rassemblés, ce dimanche 6 juillet, devant le siège de la wilaya de Ghardaïa pour dénoncer l’insécurité et les assassinats qui ciblent leurs enfants.

Les manifestants, reçus par le nouveau wali de Ghardaïa, ont réexpliqué au nouveau chef de l’exécutif leurs doléances et leur profonde préoccupation d’une situation sécuritaire intenable.

Plusieurs associations mozabites avaient appelé à ce rassemblement. Baptisé le rassemblement de «la colère», il s’est tenu pour «dénoncer les conditions sécuritaires».

«La société civile mozabite annonce l’organisation d’un rassemblement de colère pacifique pour dénoncer les conditions sécuritaires et la mort en martyres de nouvelles personnes », pouvait-on lire dans le communiqué de ces associations de la société civile.

LIRE AUSSI:Regain de violences à Ghardaïa, vers un méga-système de télésurveillance dans trois villes de la Wilaya

«Nous sommes arrivés à une période dangereuse et insupportable. C’est pour cela qu’on appelle toute la nation à venir dimanche 6 juillet à 8h30 devant le siège de la wilaya», lit-on dans le même document.

Ces associations appellent les manifestants à « se réunir ensuite à la place du marché », « à fermer tous les magasins, les ateliers et les usines », « de ne pas se déplacer avec des motos ou de les stationner loin en cas de nécessité».

Des rassemblements ont eu lieu, au même moment, à Oran, Alger et Constantine, selon les organisateurs du rassemblement.

A Alger, le rendez-vous des manifestants était à la maison de la presse Tahar Djaout. Des dizaines de Mozabites s’y sont rassemblés en rappelant au premier ministre les promesses non tenues.

L’assassinat, il y a de cela une semaine d’un jeune collégien, rappelle à tous que rien n’est encore réglé.

Pour rappel, la vallée du M’Zab est, depuis décembre 2013, en proie à des violences inter-communautaires qui ont fait plusieurs morts et des centaines de blessés.

Le gouvernement a promis de rétablir la paix et de mettre fin aux affrontements. Toutes ses tentatives sont restées vaines pour le moment. Ghardaïa compte encore ses morts.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.