ALGÉRIE
05/07/2014 14h:13 CET | Actualisé 05/07/2014 14h:49 CET

La grotte où Cervantès s'est réfugié à Belcourt sort de l'anonymat en attendant de devenir un must

Flikr/TheGiantVermin

Faîtes le test. Demandez à n’importe quel Algérois s’il connaît la grotte de Cervantès. Vous verrez, tout le monde en a entendu parler mais personne n’y a jamais mis les pieds. C’est que ce jardin abritant la grotte où fut emprisonné le célèbre écrivain de Don Quichotte, Miguel de Cervantès, est située dans un lieu où les étrangers au quartier n’osent pas s’aventurer sans guide. Les institutionnels parlent de “quartier populaire”, les Algérois vous diront simplement : "C’est dangereux"!

“La grotte se trouve au milieu des bidonvilles et des immeubles délabrés du quartier Belcourt”, précise Mohamed Amamra, vice-président chargé du social, de la culture et de la jeunesse de la commune de Belouizdad, nommée Belcourt du temps de la colonisation française, située au centre-ville d’Alger. “Elle est dans un état très délabrée étant donné sa position géographique”.

La grotte de Cervantès porte le nom du célèbre écrivain espagnol car c’est là que s'est réfugié Miguel de Cervantès lors d'une tentative d'évasion au cours de ses cinq années de captivité à Alger entre 1575 et 1580.

Capturé avec son frère Rodrigo durant la régence ottomane, Miguel de Cervantès s'est caché dans cette grotte située sur les hauteurs du quartier Mohamed-Belouizdad (ex-Belcourt) avec 13 autres compagnons lors de sa seconde tentative d'évasion en 1577.

Depuis son installation à l’assemblée populaire communale (APC) de Belouizdad, il y a deux ans, l’élu a entrepris un travail de réappropriation du lieu. "En 2013, l’Ambassade d’Espagne s’est rapproché de nous pour redonner vie à la grotte ", raconte Mohamed Amamra depuis son bureau de l’APC. "Il a d’abord fallu sécuriser l’endroit puis nous avons commencé à communiquer avec les riverains pour les sensibiliser à la nécessité de préserver ce lieu historique".

Placer Alger dans la carte de vie de Cervantès

Petit à petit, un programme d’actions a été élaboré avec l’Institut Cervantès d’Alger qui veille depuis près de dix ans à l’entretien de ce patrimoine. Un atelier pour enfants autour de Don Quichotte a ainsi été organisé le 29 avril dernier en plein cœur du jardin avec une cinquantaine d’élèves de l’école primaire voisine de la grotte.

atelier enfants cervantès

Cette première expérience a été renouvelée, le 14 juin, lors de l’inauguration de la plaque en l’honneur de Cervantès avec le Président du Sénat espagnol, Pio Garcia-Escudero Marques, en visite d’Etat dans la capitale.

grotte cervantès alger

"Nous faisons tout notre possible pour aider à reconquérir cet espace”, témoigne la directrice de l'Institut Cervantès, Raquel Romero Guillemas. “Il faut qu’Alger acquiert sa place dans la carte de vie de Cervantès". Et à l’approche du 400e anniversaire de la publication de la 2e partie de Don Quichotte, en 2015, et du 400e anniversaire de la mort de Cervantès, en avril 2016, cette reconnaissance presse.

De nouvelles actions à venir

En vue de ces deux dates importantes de la vie du célèbre écrivain espagnol, l’APC de Belouizdad et l’Institut Cervantès ont préparé un programme d’actions culturelles qui sera lancé à partir de septembre prochain.

"Des ateliers vont être organisés avec les enfants des établissements scolaires de la commune dans le but de réaliser une édition pour enfants de Don Quichotte en français et en arabe qui sera illustré avec les dessins des enfants du quartier", détaille la directrice de l’Institut Cervantès.

Des travaux d’embellissement de la grotte sont aussi prévus par l’APC de Belouizdad avec la rénovation de la stèle de Cervantès et la réfection du site à l’identique.

Et peut-être même qu’un jour, une bibliothèque accueillant tous les ouvrages de Cervantès, cohabitera avec la grotte. Tel est du moins, le souhait de l’élu de l’APC. Une chose est sûre : l’histoire de Cervantès avec Alger n’est pas encore terminée.

LIRE AUSSI:Petite histoire des cinq années de captivité de Cervantès à Alger.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.