MAGHREB
04/07/2014 13h:31 CET

Appels à la "vengeance contre les Arabes": Quand la haine envahit le web israélien

Des milliers d'habitants de Jérusalem-Est participent aux funérailles du jeune Palestinien assassiné apparemment en représailles au meurtre de trois Israéliens, le 4 juillet 2014
AFP/Ahmad Gharabli
Des milliers d'habitants de Jérusalem-Est participent aux funérailles du jeune Palestinien assassiné apparemment en représailles au meurtre de trois Israéliens, le 4 juillet 2014

Le cycle de de représailles s’intensifie entre Israël et la Palestine. Après l’enlèvement puis la mort de trois adolescents Israéliens près d’une colonie de Cisjordanie, c’est un adolescent palestinien qui a été retrouvé assassiné à Jérusalem-Est.

Si aucun des auteurs de ces meurtres n'est pour l'instant connu, les réactions ne se sont pas faite attendre pour autant. Des affrontements ont opposé pendant plusieurs heures de jeunes Palestiniens à l’armée israélienne. Mardi une manifestation anti-arabe qui se tenait à Jérusalem avait dégénéré en "chasse aux Arabes" selon des témoins.

Un sentiment de haine grandissant qui transparait aussi sur le net.

LIRE AUSSI:

Affrontements entre Palestiniens et policiers israéliens à Jérusalem après le meurtre d'un adolescent palestinien

carte adolescents

Appels à la "vengeance" contre les Arabes

De plus en plus d’Israéliens réclament "vengeance". Le chef du gouvernement israélien, Benyamin Nétanyahou, avait lui-même affirmé le 30 juin sur twitter que "le Hamas paiera". Il avait cité un poème israélien et affirmait que "la vengeance du sang d'un enfant, Satan ne l'a point encore inventé…"

israel

Une personne en uniforme de l’armée pose avec le slogan "Le peuple d’Israël réclame vengeance"

Les autorités israéliennes ont du mal à juguler les appels à la violence. Des soldats figurent parmi les nombreux Israéliens qui demandent des représailles. Une des pages Facebook sur le sujet regroupait plus de 35 000 personnes avant sa fermeture. D’autres pages ont été créés depuis.

Les représailles ont continué hier. 34 roquettes ont été tirées le 3 juillet sur le sud d’Israël, blessant un soldat selon Tsahal. L’aviation israélienne a répliqué en lançant une série de raids aériens sur la bande de Gaza, faisant 11 blessés selon des sources locales.

Le journaliste Charles Enderlin aussi menacé de mort

En parallèle, le journaliste franco-israélien de France 2 Charles Enderlin a lui aussi été menacé de mort par des Israéliens. Sa rédaction avait décrit comme étant de "jeunes colons" les trois adolescents assassinés. Sur Facebook, plusieurs Israéliens veulent "prendre un flingue et aller chez lui" ou "organiser un commando et buter ce connard".

charles enderlin

Captures facebook des appels à la violence contre le journaliste Charles Enderlin

Le journaliste a réagi vertement sur twitter en rappelant que ce n’est pas lui qui fixait les titres des sujets.

Charles Enderlin était déjà rentré en conflit avec des Israéliens. C’était son reportage qui avait déclenché l’affaire Mohammed Al Durah, du nom d’un enfant palestinien de 12 ans abattu en septembre 2000 lors d’un échange de tirs entre les forces de sécurité palestiniennes et l’armée israélienne.

Pour le premier vendredi du ramadan, la situation reste extrêmement tendue malgré les appels au calme du "camp de la paix" israélien. Les funérailles de l’adolescent palestinien assassiné à Chouafat ont eu lieu aujourd’hui 4 juillet.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.