ALGÉRIE
30/06/2014 02h:25 CET | Actualisé 30/06/2014 12h:27 CET

Le "Calife" Abou Bakr Al-Baghdadi veut détrôner Al-Qaïda et Aymen Zawahiri dans la mouvance djihadiste

L'annonce du Califat bouleverse la donne dans la mouvance djihadiste
AFP
L'annonce du Califat bouleverse la donne dans la mouvance djihadiste

Le Califat est né. Abou Bakr Al-Baghdadi est proclamé Emir des croyants. L’Etat Islamique n’est plus limité à l’Irak et au Levant. L’EIIL a cessé d’exister dans le langage des Djihadistes, il n’y a plus que l’Etat Islamique ou EI. Le nom est écourté mais l’ambition est élargie.

Cette suppression de la mention Irak et Levant (Cham) n’est pas un simple détail géographique. C’est pratiquement une prise de pouvoir politique et symbolique. Abou Bakr Al Baghdadi ne s’attaque pas seulement au gouvernement irakien depuis le début de sa fulgurante offensive qui lui a permis de contrôler une partie du territoire.

Ces conquêtes ou "ghazaouate" lui donnent l’ambition de devenir le nouveau pôle dirigeant du Djihad. La proclamation du Califat est de facto un "coup d’Etat" contre Al-Qaida et le remplaçant d’Oussama Ben Laden, Aymen Zawahiry.

LIRE AUSSI: Irak-Syrie - Le Tsunami EIIL, nouvel "Etat" dans deux Etats malades

Les derniers événements bouleversent les cartes non seulement en Irak et, en partie, en Syrie, mais créent un véritable séisme dans la mouvance djihadiste qui va devoir confirmer son allégeance à Al-Qaida et à son chef ou s’aligner sur le nouveau "califat".

Cette annonce de l’Etat islamique et du Califat constitue une rupture, Al-Qaïda s’étant abstenue de le proclamer même s’il est un objectif. "L’atout " présumé d’Abou Bakr Al-Baghdadi est qu’il dispose d’un territoire, d’une police, d’une justice et d’une armée alors qu’Al-Qaïda n’est qu’un vague réseau dont les chefs sont contraints à une clandestinité absolue.

abou bakr al baghdadi

Abou Mohamed Al-Adnani, le porte-parole de "l’Etat Islamique", dans un enregistrement audio intitulé "ceci est la promesse d’Allah ", annonce que "la bannière de l'État islamique… s’étend d'Alep à Diyala alors que les murs des tyrans sont en ruines, leurs bannières arrachées, leurs frontières brisées, leur soldatesque entre morts, captifs ou dispersés… "

"Le devoir oublié "

Les prisonniers ont été libérés par "l’épée" affirme-t-il, les gens vaquent à leur occupation en "toute sécurité pour leurs personnes et leurs biens ", les "walis " ont été désignés, les tribunaux ont été établis pour régler les différends…. " .

Après une description d’une vie "normale", Al-Adnani constate qu’il ne reste plus que "le devoir oublié " : le Califat. Le Majliss Echoura a discuté de la question et a décidé que "l’Etat Islamique réunissait toutes les conditions du califat et qu’il n’existe aucune objection ou excuse légale religieuse pour ne pas le mettre en place".

" L’Etat Islamique représentée par ceux qui lient et délient (Ahl AL Hal oual Al Aqd) constitués de notables, de chefs, des émirs et le Majliss Echoura proclame la naissance du Califat Islamique et l’installation du Calife des Musulmans…".

Abou Bakr Al-Baghdadi " a accepté l’allégeance", il est " devenu Calife et Imam des musulmans en tout lieu ". Il a décidé que les mentions d’Irak et du Sham sont supprimées dans les délibérations et décisions officielles pour se limiter au "nom de l'Etat islamique".

Un avertissement est adressé aux musulmans : "avec la proclamation du califat, il est devenu du devoir de tout musulmans de prêter serment d'allégeance et de soutenir le calife…". Cette proclamation fait perdre toute légitimité à "tous les Etats et Emirats et organisation où s’étend son autorité et où arrivent ses soldats

Le message est adressé également à tous les combattants non membre de l'Etat Islamique dans le monde, à leurs dirigeants et émirs qui, affirme-t-il, "n'ont aucune excuse légale pour ne pas soutenir cet Etat".

C’est, clairement, une demande de changement d’allégeance pour tous les groupes, dont Aqmi, qui activent sous la bannière d’Al Qaïda et de son émir, Ayman Zawahiry. Les lignes risquent de bouger dans les mouvances djihadistes agissant sous la bannière d'Al-Qaïda.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.