ALGÉRIE
14/06/2014 07h:09 CET | Actualisé 14/06/2014 07h:41 CET

Malgré le coronavirus, "l'Algérie n'empêchera pas ses citoyens d'accomplir le hadj" annonce le ministère des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa

Mohamed Aïssa, ministre des Affaires religieuses
Site du ministère des Affaires religieuses
Mohamed Aïssa, ministre des Affaires religieuses

Le ministre des Affaires religieuses et des wakfs, Mohamed Aïssa, a affirmé, jeudi 13 juin, que l'Algérie ne comptait pas empêcher ses citoyens d'accomplir le hadj cette saison en raison de la propagation coronavirus.

"Le conseil scientifique du ministère des Affaires religieuses se réunira courant juin pour donner son avis concernant l'impact du virus sur les personnes âgées, les malades et les femmes enceintes", a-t-il déclaré à l'agence de presse algérienne APS.

L'Algérie a enregistré son premier décès lié au coronavirus lundi 12 juin après la mort à Tlemcen d'un des deux algériens hospitalisés depuis fin mai pour infection au coronavirus. Benomar Ben Mohamed, 59 ans, avait été hospitalisé une semaine après son retour d’Arabie Saoudite où il avait effectué la Omra.

"Les mises en garde de l'Arabie saoudite n'engagent pas l'Algérie"

Concernant les mises en garde lancées par l'Arabie saoudite en direction des pays musulmans, les invitant à reporter l'accomplissement des rituels du hadj et de la omra en raison du coronavirus, le ministre a fait savoir que ses avertissements "n'engagent pas l'Algérie".

LIRE AUSSI: Attentats, bousculades, Corona: Le hadj, rituel le plus dangereux de l'islam

"Le dernier mot reviendra au conseil scientifique qui tranchera la question après des contacts avec les ministères de la Santé algérien et saoudien et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS)", a indiqué Mohamed Aissa.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.