ALGÉRIE
03/06/2014 10h:33 CET | Actualisé 03/06/2014 10h:53 CET

La signature de l'Algérie manque toujours à l'appel du Traité sur le commerce des armes

Wikimedia Commons

Un an après sa ratification au siège des Nations Unies à New York, le Traité sur le commerce des armes (TCA) devrait entrer en vigueur avant la fin de l'année suite à de nouvelles ratifications, déclare Amnesty International dans un communiqué daté du mardi 3 juin.

Ce traité historique et de portée mondiale a maintenant été signé par 118 États et deviendra juridiquement contraignant au titre du droit international peu après la 50e ratification. Trente-deux États l’ont déjà ratifié, et quelque 10 autres devraient faire de même le 3 juin, informe le communiqué.

Une fois le Traité de commerce sur les armes en vigueur, les États parties se verront interdire de transférer des armes et des munitions classiques vers des pays dès lors qu’ils savent que ces équipements pourront servir à commettre ou à faciliter des atteintes graves aux droits humains, dont des crimes de génocide, des crimes contre l’humanité ou des crimes de guerre.

L'Algérie, 10e importateur d'armes au monde

Cette avancée est, toutefois, obscurcit par la non signature de plusieurs états dont l'Algérie qui a voté l’adoption de ce traité en avril 2013. Sur les 148 Etats signataires du TCA, 43 n’ont à ce jour donné aucune suite, essentiellement des pays d’Asie, d’Afrique et du Moyen-Orient, indique Amnesty International.

Et pourtant, l'Algérie importe toujours plus d'armes, comme le révèle le rapport annuel de l'Institut de Stockholm pour la recherche sur la paix (SIPRI) « The Yearbook 2013 ». Le pays est ainsi devenu le plus grands importateur d’armes de la région Moyen Orient Afrique du Nord avec 43.8 % du volume des achats d’armements. En une décennie, l’Algérie est ainsi passée du 22e au 6e rang des plus grands importateurs d’armes au monde.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.