ALGÉRIE
02/06/2014 14h:39 CET

Ouverture du procès de l'ancien homme d'affaires algérien Abdelmoumène Khalifa

DR

Le procès de l’ancien homme d’affaires algérien Abdelmoumène Rafik Khalifa et de dix autres prévenus poursuivis pour "banqueroute" et "détournement de fonds" s’est ouvert lundi 1er juin au Tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine).

Sur les douze prévenus dans cette affaire, neuf étaient présents à l’ouverture du procès qui s’étalera jusqu’au 21 juin prochain, le principal accusé, Rafik Khalifa, étant incarcéré depuis décembre 2013 en Algérie pour une affaire similaire, suite à son extradition par les autorités britanniques. Certains parmi les accusés ont été déjà condamnés en mars 2007 par le tribunal criminel de Blida à des peines de prison.

Lire aussi :Le procès Khalifa s'ouvre lundi en France, en l'absence de l'accusé

Réquisitoire

Dans son réquisitoire, la présidente du Tribunal, Me Fabienne Siredey-Garnier a évoqué une "fulgurante" et "surprenante" montée de "l’empire économico-financier" de l’ancien milliardaire algérien en quelques années en France avant d’indiquer que deux instructions judiciaires ont été ouvertes dans cette affaire suite à de "sérieux signalements" de dysfonctionnements dans les différentes sociétés du Groupe Khalifa.

La présidente du Tribunal a cité notamment des "soupçons de blanchiment" d’argent par le Groupe, surtout à travers les activités de Khalifa Airways et d’Antinéa Airlines (filiale) en France, ainsi que le signalement anonyme du "non-paiement" des salariés de Rent Car, l’autre filiale de location de voiture du Groupe Khalifa. Elle a signalé, à cette occasion, qu’excepté Krg Pharma - dont la principale animatrice n’est autre que l’ex-épouse de Rafik Khelifa (Nadia Amirouchen) présente à l’audience-, toutes les autres entités ayant appartenu au Groupe mis en cause ont été "mises en liquidation".

Le Tribunal devait commencer à auditionner les accusés lundi après-midi. Les plaidoiries des parties civiles interviendront le 16 juin.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.