ALGÉRIE
28/05/2014 15h:11 CET | Actualisé 29/05/2014 09h:24 CET

Issad Rebrab décrit des connexions maffieuses au sommet de l'Etat

HuffPost Maghreb

Issad Rebrab, PDG du Groupe Cevital, accuse des membres du Forum des chefs d’entreprises (FCE) proches des décideurs politiques d’être derrière le blocage de ses projets en Algérie.

Des entrepreneurs qu’il aurait lui-même aidé…

Dans un entretien accordé à TSA, le patron du Groupe Cevital, l’une des affaires les plus rentables en Algérie et qui fait des acquisitions à l'étranger dans un contexte de récession mondiale, a expliqué les raisons de son retrait du Forum des Chefs d’Entreprises (FCE).

Et il n’a pas hésité à dénoncer les manœuvres et les complicités de certains entrepreneurs membres de cette organisation patronale dans le blocage de ses grands projets. «Cela dit, j’ai cherché à comprendre les raisons du blocage. J’ai fait mon enquête. Et il était vraiment triste de découvrir que certains confrères entrepreneurs intoxiquent certains décideurs en leur rapportant des propos déformés. Des confrères qui sont très proches de certains décideurs. Et certains de ces confrères justement sont membres du Forum des chefs d’entreprise que j’ai finalement décidé de quitter», a-t-il déclaré.

Rebrab accuse mais ne nomme pas

Issad Rebrab n’a pas cité de noms mais, il a acquiescé, à demi-mots, que c’est le patron d’ETRHB, Ali Haddad, qui serait à l’origine de ses déboires. Ainsi, et à la question de savoir si c’était bien Ali Haddad, lequel s’est montré lors de la toute dernière élection présidentielle très actif dans les coulisses du FCE pour l’amener dans le giron d’Abdelaziz Bouteflika, Rebrab a eu cette réplique : «Vous n’avez qu’à deviner. Vous savez qui est très proches des décideurs parmi les chefs d’entreprise. J’ai décidé de ne plus renouveler mon adhésion au FCE, car je ne pouvais pas m’asseoir à la même table que ces gens-là. Des gens que j’ai aidés. C’est ce qui m’a fait très mal».

Notons que le groupe Cevital compte trois projets en souffrance depuis maintenant dix ans : le projet de trituration de graines oléagineuses, un projet de pétrochimie qui pourrait selon Issad Rebrab créer près de 3 000 PME-PMI et engendrer près de 600 000 à 900 000 emplois et un projet dans le domaine de la sidérurgie. Issad Rebrab a notifié son retrait au président du FCE par une lettre et ce, en réponse à la lettre qu’on lui avait envoyée pour se mettre à jour de ses cotisations.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.