MAGHREB
29/04/2014 13h:35 CET | Actualisé 30/04/2014 06h:21 CET

Tunisie: 18% des jeunes âgés entre 19 et 25 ans n'ont aucune activité éducative ou professionnelle

Tunisie: 18% des jeunes âgés entre 19 et 25 ans n'ont aucune activité éducative ou professionnelle
Flickr/Simon Blackley
Tunisie: 18% des jeunes âgés entre 19 et 25 ans n'ont aucune activité éducative ou professionnelle

Le ministère de la Formation professionnelle et de l'emploi a présenté, mardi 29 avril à Tunis, les résultats de l'enquête sur la transition des jeunes vers le marché du travail en Tunisie, réalisée par l'Institut national de la statistique (INS) et analysée par l'Observatoire national de l'emploi et des qualifications (ONEQ) en collaboration avec l'Organisation internationale du travail (OIT).

Selon cette étude, 18% des jeunes tunisiens âgés entre 19 et 25 ans n'ont aucune activité éducative ou professionnelle.

Hafedh Laâmouri, ministre de la Formation professionnelle et de l'emploi, a indiqué que ce chiffre est "très inquiétant" dans la mesure où "l'oisiveté, mère de tous les vices, peut engendrer la délinquance et le terrorisme".

L'enquête a également révélé qu'un jeune âgé entre 19 et 25 ans sur sept est au chômage. Le chômage vécu par ces jeunes est, de plus, de longue durée. 38% des chômeurs cherchent en effet un emploi depuis au moins deux ans. La plupart d'entre eux n'ont pas décroché un entretien d'embauche depuis 12 mois.

100 mille jeunes âgés entre 15 et 19 ans ne sont ni scolarisés, ni en formation professionnelle, ni insérés dans le marché de l'emploi. Ce chiffre a été qualifié d'"alarmant" par le ministre de la Formation professionnelle et de l'emploi.

Pour ce qui est des jeunes diplômés, l'enquête a démontré que plus de 50% des jeunes diplômés ne travaillent pas dans leur secteur d'activité. Ils sont répartis comme suit : agents et personnel non qualifié (26,8%), artisans (14,8%) et ouvriers et vendeurs (16,3%).

Il est impératif, selon Laâmouri d'effectuer une deuxième étude pour pouvoir identifier les besoins du marché du travail.

"On pourra, ainsi, mettre en place des stratégies pour adapter les besoins du marché au processus éducatif ", a-t-il ajouté.

L'enquête a aussi démontré que 5% des jeunes travailleurs ne sont pas affiliés à un syndicat.

Laâmouri, qui a affirmé qu'il faut encourager la micro-économie qui représente 85% de l'économie nationale, a relevé un point "positif" dans l'enquête à savoir l'absence du "phénomène du travail des enfants", grâce au pourcentage élevé du taux de scolarité.

LIRE:Tunisie: Les diplômés de l'enseignement supérieur représentent un tiers des chômeurs

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.