MAGHREB
29/04/2014 14h:29 CET | Actualisé 30/04/2014 06h:20 CET

Tunisie: Selma Znaidi, une femme de plus à l'Assemblée

Selma Znaidi fait son entrée à l'Assemblée nationale constituante tunisienne le 29 avril 2014
marsad.tn
Selma Znaidi fait son entrée à l'Assemblée nationale constituante tunisienne le 29 avril 2014

Une nouvelle députée a prêté serment ce mardi à l'Assemblée nationale constituante tunisienne. Il s'agit de Selma Znaidi, membre du bureau politique d'Ettakatol. Elle remplace ainsi Abdellatif Abid, ancien ministre de l'Education et élu Ettakatol.

Abdellatif Abid avait officialisé sa démission de l'Assemblée ce lundi 28 avril, pour se consacrer à son nouveau poste de secrétaire général adjoint de la Ligue des États arabes.

A présent, l'Assemblée compte 67 femmes sur un total de 217 membres, soit un taux de près de 31% contre 59 au départ (27%).

Ce changement de représentativité est dû à la démission ou au décès des membres initialement élus. En plus de Selma Znaidi, 8 femmes ont fait leur entrée à l'Assemblée:

  • Warda Turki (Ennahdha) a remplacé Abou Yaâreb Marzouki qui a démissionné à cause de différends avec Ennahdha
  • Souhir Dardouri (ex-CPR) a remplacé Mohamed Abbou nommé ministre dans le gouvernement Jebali
  • Samia Abbou (ex-CPR) a remplacé Moncef Marzouki après que ce dernier a été élu à la Présidence de la République.
  • Néfissa Marzouki (Ettakatol) a remplacé Said Mechichi nommé Secrétaire d'Etat dans le gouvernement Jebali
  • Manel Kadri (MDS) a remplacé Ahmed Khaskhoussi, démissionnaire
  • Soulef Ksontini (Ennahdha) a remplacé Moncef Ben Salem, nommé ministre dans le gouvernement Jebali
  • Noura Ben Hassen (CPR) a remplacé Hédi Ben Abbès nommé secrétaire d'Etat dans le gouvernement Jebali
  • Monia Ben Naceur Ayadi a remplacé Mohamed Allouche, décédé en janvier dernier, quelques jours avant l'adoption de la Constitution.

Par ailleurs, une femme, Ferdaous Oueslati, a démissionné fin décembre 2013, invoquant des problèmes de santé. Elle a été remplacée par un homme, Mohamed Zrig.

Après avoir prêté serment, Selma Znaidi a souligné "l'importance de la parité" qui lui a permis de siéger à l'Assemblée.

Et pour cause. Le décret-loi portant sur l'élection de l'Assemblée constituante, le 23 octobre 2011, a instauré le principe de parité verticale, imposant une alternance homme/femme pour chaque liste de candidats.

C'est ainsi que la majorité des femmes députées ont été élues, étant souvent en deuxième voire quatrième position. En effet, comme l'a récemment rappelé Amira Yahyaoui, présidente d'Al Bawsala, seules 14 femmes élues étaient tête de liste.

Le débat sur la représentation des femmes dans les assemblées élues fait rage actuellement à l'ANC, alors que les députés examinent la loi électorale en plénière depuis 10 jours. La commission des consensus a trouvé un accord en faveur d'un quota de 30% de femmes en tête de liste (ne consacrant pas la parité horizontale), en plus du maintien de la parité verticale.

LIRE AUSSI:Loi électorale: Pas de parité horizontale et un quota réduit pour les jeunes

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.