MAGHREB
24/04/2014 07h:47 CET | Actualisé 24/04/2014 10h:22 CET

Tunisie - Algérie: La taxe tunisienne qui énerve les exportateurs algériens sera-t-elle levée?

La taxe tunisienne qui énerve les exportateurs algériens sera-t-elle levée?
Getty Images
La taxe tunisienne qui énerve les exportateurs algériens sera-t-elle levée?

Le "jus" dans lequel baigne - au risque de se noyer - l’accord de libre-échange entre la Tunisie et l’Algérie, serait-il sur le point d’être dépassé?

L’association des exportateurs algériens et l'association des producteurs algériens de boissons (APAB) s’étaient insurgées récemment contre l’instauration par la Tunisie d’une taxe sur les produits algériens qui contredit, selon eux, l’accord de libre-échange qui existe entre les deux pays.

Sans s’exprimer clairement sur les cargaisons de jus de fruits made in Algeria bloquées à la frontière, le porte-parole du ministère tunisien du commerce, Mohamed Ali Ferchichi, a déclaré au journal El Watan que la partie tunisienne allait "lever incessamment les entraves à l’application de l’accord de libre-échange entre les deux pays".

Le responsable tunisien a confirmé que la partie algérienne a adressé des requêtes à la Tunisie et que la ministre du commerce, Nejla Moalla Harrouche, a donné des instructions pour lever "toutes les obstructions à l’application tacite des termes de l’accord applicable à partir du 1er mars 2014 entre la Tunisie et l’Algérie".

Sur les jus de fruits bloqués, le porte-parole du ministère tunisien est, indique le journal, resté dans le vague et a évoqué des "promesses" et un communiqué qui sera publié prochainement.

C’est pourtant ce blocage des exportations de jus de fruits algériens qui fait polémique. Selon les opérateurs algériens et notamment l’association des producteurs de boissons (APAB), la Tunisie impose une taxe de 25% qui contredit l’accord de libre-échange. Ali Bey Naceri, président de l'Association des exportateurs algériens, envisageait même un arrêt des exportations vers la Tunisie.

Une balance commerciale en faveur de l’Algérie

La balance des échanges commerciaux est en faveur de l’Algérie qui enregistre un excédent de 529 millions d’euros.

Mais ces exportations sont constituées essentiellement de produits énergétiques et de matières premières.

Selon des chiffres livrés, par le directeur de la Mission commerciale tunisienne à Alger, Riadh Bezzarga, les exportations algériennes ont atteint 896 millions d’euros en 2013 contre 417 millions d’euros.

Les exportations tunisiennes composées surtout de matériaux industriels mécaniques et électriques, des matériaux de construction, des produits pharmaceutiques et des produits agroalimentaires, ont atteint 368 millions d’euros contre 306 millions en 2012.

Un excédent "pas significatif"

Des experts algériens estiment que l’excédent commercial de l’Algérie avec la Tunisie n’est pas "significatif", les produits algériens exportés étant très largement dominés par les produits énergétiques et les matières premiers dont le tissu industriel a besoin.

Il faut ajouter dans les échanges algéro-tunisiens, le très florissant commerce informel entre les deux pays. La Banque Mondiale a indiqué dans un rapport que 25% du carburant consommé en Tunisie vient d’Algérie.

Le prix du carburant en Algérie coute à peine 10% du prix officiel en vigueur en Tunisie. Par ailleurs, les professionnels du tourisme tunisien ont noté avec satisfaction que les touristes algériens sont plus nombreux à se rendre en Tunisie.

Ils ont été plus de 169.000 au cours du premier trimestre 2014. Bassam Ouertani, représentant de l’Office national du tourisme tunisien (ONTT) en Algérie, a indiqué qu’il y a eu en 2013 "plus de 1 million et 60.000 touristes algériens, soit une croissance de plus de 25% par rapport à 2010, année référentielle pour le secteur représentant la dernière année avant la révolution".

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.