MAGHREB
16/04/2014 06h:13 CET | Actualisé 16/04/2014 11h:21 CET

Des produits algériens bloqués à la frontière tunisienne depuis une semaine

Magasin d'Alimentation Générale en Algérie
Facebook
Magasin d'Alimentation Générale en Algérie

L’association des exportateurs algériens et l'association des producteurs algériens de boissons (APAB) s’insurgent contre l’instauration par la Tunisie d’une taxe sur les produits algériens qui contredit, selon eux, l’accord de libre-échange qui existe entre les deux pays.

La mise en cause n’est pas nouvelle. En janvier dernier, le président de l’APAB Ali Hamani avait indiqué que la taxe instaurée par la partie tunisienne rendait l’accord de libre-échange "dénué de sens".

"Le marché tunisien est un marché favorable pour les producteurs algériens de boissons. Il constitue en plus une porte vers d'autres pays, principalement vers la Libye. C'est pour cela que nous revendiquons la suppression de cette taxe ou l'application du principe de la réciprocité à travers l'instauration d'une mesure similaire vis-à-vis des produits tunisiens", avait ajouté M. Hamani.

Le thème est revenu mardi sur les ondes de la radio algérienne, sur un ton plus offensif, en faisant état d’une "exportation de jus de fruit bloquée à la frontière depuis une semaine".

Ali Bey Naceri, président de l'Association des exportateurs algériens a fait "d’énormes problèmes avec la Tunisie" au sujet d’une exportation de jus de fruit "bloquée à la frontière depuis sept jours, en violation flagrante de l'accord bilatéral de libre-échange, signé le 1er mars 2014".

Epreuve de force

Le président de l’association des exportateurs parle d’une "épreuve de force" avec les voisins tunisiens qui entravent les exportations algériennes. Il a même envisagé de décider un "gel des exportations" vers la Tunisie.

Pour les opérateurs algériens, les Tunisiens imposent aux produits algériens des taxes alors que les produits tunisiens qui entrent en Algérie ne sont pas taxés. Ils dénoncent une "concurrence déloyale".

L’accord commercial préférentiel entre l’Algérie et la Tunisie est entrée officiellement en vigueur le 1er mars. La décision avait été prise en février dernier à l’occasion de la tenue à Tunis de la 19ème session de la Grande commission mixte algéro-tunisienne.

Ali Bey Nacera a menacé d’en appeler au "gel" de l’accord bilatéral de libre-échange "si la situation persiste". La taxe de 25% sur les produits de consommation en provenance de l’Algérie, entrée en vigueur au début de l’année, fait l’objet d’une contestation régulière par les opérateurs algériens qui demandent au ministère du commerce algérien d’intervenir auprès de la Tunisie pour mettre au clair la situation.

Les exportations de boissons algériennes vers la Tunisie ont atteint les 34 millions de dollars en 2013, en hausse de 10% selon l’Association nationale des exportateurs algériens.

LIRE AUSSI: Algérie: Retour sur le règne de Bouteflika, entaché par des scandales de corruption

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.