MAGHREB
28/03/2014 09h:16 CET | Actualisé 30/03/2014 11h:24 CET

Tunisie - Mehdi Jomâa: "Il faut que les emprunts servent à l'investissement" (VIDÉO)

"Le choix de l'endettement n'est pas un problème en soi", a affirmé le Premier ministre tunisien Mehdi Jomâa dans une interview accordée à la chaîne Al Jazeera. "Mais il faut que ces emprunts servent à l'investissement", a-t-il soutenu.

A l'issue de sa tournée dans les pays du Golfe, Mehdi Jomâa a rappelé ses priorités économiques pour la Tunisie: Soutenir le secteur privé et réduire les dépenses dans le secteur public.

"La fonction publique pèse énormément sur le budget de l'Etat. La masse salariale est très élevée. Si le secteur public est très important, il ne peut pas être le secteur principal de l'économie. Nous voulons encourager l'entrepreneuriat et l'investissement privés", a indiqué le Chef du gouvernement.

"Les subventions également sont une part non négligeable du budget. A la base, elles devaient servir les tranches de la population les plus défavorisées et c'est en ce sens que nous devrons les réévaluer", a-t-il ajouté.

Bien que ministre du gouvernement Larayedh, Mehdi Jomâa a refusé de commenter le rendement du précédent gouvernement. "Mon rôle n'est pas d'entrer dans les polémiques, mais de faire un audit de la situation actuelle, indépendamment de ce qui s'est passé", a-t-il rétorqué.

Cap sur les élections

Pour le Premier ministre tunisien, la situation sécuritaire s'est améliorée depuis quelques mois.

"Les forces de sécurité ont été affaiblies après la révolution, car elles étaient considérées comme un instrument de dictature. C'est ce qui a laissé les terroristes s'installer en Tunisie. Depuis quelques mois, cela s'est amélioré", a-t-il dit. "A présent les citoyens sont impliqués et collaborent avec les forces de sécurité. C'est rassurant".

Avec une "meilleure situation sécuritaire", Mehdi Jomâa a assuré que son gouvernement était "engagé à fournir tout les moyens nécessaires pour l'organisation des élections".

"Nous espérons que la loi électorale sera adoptée très vite pour pouvoir fixer la date des élections. Je ne peux pas vous dire qu'elles seront organisées en octobre ou novembre, mais je suis persuadé qu'elles auront lieu le plus rapidement possible", a-t-il conclu.

LIRE AUSSI:Le président de l'ISIE Chafik Sarsar appelle les autorités à "tenir les promesses"

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.