MAGHREB
17/02/2014 13h:32 CET

Être conscient de rêver, ça vous est déjà arrivé?

Les rêves lucides
Shutterstock / Hasloo Group Production Studio
Les rêves lucides

Les rêves éveillent la curiosité des humains. Le pire, c’est que souvent on ne s’en souvient pas. Certains heureux élus non seulement s’en souviennent, mais les vivent activement. Ce sont les rêveurs lucides. Entre 5 et 10% de la population arrive à contrôler ses rêves.

Le physiologiste américain Stephen Laberge est le premier à avoir affirmé qu’il est possible d’orienter le cours de nos rêves et d’avoir conscience de rêver tout en rêvant.

Les rêveurs lucides expliquent qu’ils sont presque entièrement capables d’utiliser leurs différentes facultés cognitives pendant le rêve: ils arrivent à réfléchir et sont conscients.

Les rêveurs lucides arrivent à changer le monde de leur rêve mais aussi à y transgresser les lois de la physique. Ils peuvent ainsi voler ou encore passer à travers les murs de manière tout a fait consciente.

"La plupart des gens ont fait l'expérience du rêve lucide, au moins de manière passagère et occasionnelle. Dans le scénario courant, à la fin d'un cauchemar, le rêveur réalise que "ce n'est qu'un rêve " et se réveille soulagé quelques secondes plus tard. (…) Le rêveur pleinement lucide, lui, a conscience que son cauchemar est aussi inoffensif qu'un film d'horreur; et, de ce fait, il continue à rêver, affronter ses peurs cauchemardesques et parvient à les surmonter", écrit Stephen Laberge.

En écrivant le scénario de son film "Inception", le réalisateur Chistopher Nolan s’est en partie inspiré des expériences de rêves lucides de son adolescence.

On ne rêve pas toute la nuit

Pour comprendre les rêves, il faut également savoir qu'on ne rêve pas toute la nuit. Notre sommeil suit un mécanisme précis qui contient plusieurs cycles (répétitifs) avec quatre phases principales pour chacun des cycles.

La première phase, juste après le coucher, est celle qu’on appelle la somnolence.

Vient ensuite le sommeil léger, lorsqu’on est assoupi mais reste encore sensible aux stimuli extérieurs.

Arrive alors le sommeil profond. L’ensemble de l’organisme humain fonctionne au ralenti, cette phase dure environ entre 60 et 75 minutes.

Surgit alors le sommeil paradoxal. On y enregistre une intense activité du cerveau, qui fonctionne comme au réveil, alors que, paradoxalement, nos muscles sont complètement immobiles. C’est au cours de cette phase que nos rêves sont les plus précis. Selon les estimations, elle ne durerait qu’entre 15 et 20 minutes.

Plus notre réveil a lieu proche de cette phase, mieux nous allons nous souvenir de nos rêves.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.