MAGHREB
14/02/2014 14h:52 CET | Actualisé 14/02/2014 14h:54 CET

Tunisie: Les personnes portant le niqab feront l'objet d'un contrôle renforcé, annonce le ministère de l'Intérieur

capture d'écran

Les policiers tunisiens vont procéder à un "contrôle renforcé" des personnes portant le niqab (voile intégral) justifiant cette mesure par la lutte contre "le terrorisme" et face à l'essor de groupes jihadistes après la révolution de 2011.

"Le ministère de l'Intérieur annonce qu'il procédera à un contrôle renforcé de toute personne portant le niqab", a annoncé vendredi le ministère dans un communiqué diffusé sur sa page officielle Facebook.

"Cette mesure a été prise en raison des menaces terroristes enregistrées dans le pays et en raison du recours de suspects au niqab (...) pour se déguiser et fuir la justice", explique le ministère qui demande la "compréhension de tous" afin d'"aider les unités sécuritaires à faire leur travail".

En ce sens, le journal télévisé de la première chaine nationale avait diffusé les images d'un homme portant le niqab, en état d'arrestation. Selon le président de la section de la police judiciaire de l'Ariana intervenant dans le reportage diffusé, cette personne appartiendrait au courant salafiste et était recherchée pour des actes de violence.

Le port du niqab n'était pas toléré sous le régime déchu de Zine El Abidine Ben Ali qui réprimait sans pitié toutes les formes d'islamisme, mais cette tenue a connu un essor certain depuis la révolution de janvier 2011 et ne cesse de susciter le débat entre militants politiques séculiers et islamistes notamment.

Des universités ont notamment été le théâtre de heurts entre défenseurs du droit à porter le voile intégral et leurs détracteurs.

La Tunisie est confrontée à l'essor de groupes jihadistes accusés notamment des assassinats en 2013 de deux opposants de gauche qui ont profondément déstabilisé le pays.

LIRE AUSSI:Selon Lotfi Ben Jeddou, "les terroristes voulaient renverser l'Etat civil et créer des émirats islamiques"

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.