MAGHREB
14/02/2014 13h:07 CET

Employabilité des jeunes: "Reconsidérer le diplôme comme garantie unique pour l'emploi"

Au cours d'un séminaire organisé par le Laboratoire de l'Economie Sociale et Solidaire (Lab'ESS) sur le thème "Jeunesses tunisiennes: espoirs et défis", le chercheur universitaire Maher Kallel a présenté les résultats d'une étude qu'il a effectuée sur l'employabilité des jeunes tunisiens dans certaines régions du pays.

L'étude démontre que l'absence d'un environnement économique propice pour les universités et les facultés, empêche de trouver des débouchées ou des stages au profit des étudiants. Elle explique également qu'il y a une inadéquation entre le système d'enseignement et le tissu économique, ce qui fait que la formation dans les établissements universitaires ne correspond pas dans de nombreux cas aux opportunités d'emploi.

Maher Kallel a appelé les jeunes à reconsidérer le diplôme comme garantie unique pour l'emploi.

"Les jeunes doivent être en symbiose avec les transformations du marché de l'emploi et accepter des formations dans des spécialités qui n'ont pas été celles de leur cursus universitaire afin de conforter leurs chances de trouver un emploi", a-t-il souligné.

De son côté, Bertrand Effantin, sociologue et directeur de l'Observatoire français de la jeunesse et représentant de l'organisation "Mery Corps", a exposé le programme de son association tout en donnant quelques remarques concernant l'engagement des jeunes dans le Sud tunisien.

Il a mis l'accent sur l'importance de l'initiative des jeunes pour trouver des opportunités d'emploi sans faire de fixation sur la nature de leur spécialisation.

Lire: Tunisie: Marginalisés, des jeunes se portent candidats pour intégrer le prochain gouvernement

Pour sa part, Mohamed Jouili, directeur de l'observatoire national des jeunes, a relevé la faiblesse de l'engagement des jeunes dans les affaires publiques, soit au niveau des partis ou des associations.

"Cette participation a pris ces dernières années de nouvelles formes avec l'engagement individuel ou collectif, par le biais d'associations, à travers les réseaux sociaux", a-t-il indiqué, estimant que cette nouvelle donne implique de trouver une nouvelle approche prenant en considération les aspirations des jeunes et leur liberté de choisir le mode de communication au regard des affaires publiques.

Ce séminaire organisé par Lab'ESS vise à promouvoir le rôle de la société civile et des autorités publiques dans l'encadrement des jeunes tunisiens et le renforcement de leur rôle dans la prospection d'opportunités d'emploi.

LIRE AUSSI:

Tunisie: À la découverte de Jeunesse Sans Frontières, une association qui oeuvre pour un "éveil citoyen"

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.