MAGHREB
27/01/2014 08h:47 CET | Actualisé 27/01/2014 09h:28 CET

Les trois présidents ont signé la Constitution

HuffPost Maghreb

La cérémonie marquant l'adoption de la Constitution tunisienne s'est déroulée lundi en fin de matinée, une étape historique pour le berceau du Printemps arabe et un espoir de sortie d'une profonde crise politique.

Lors de cet évènement au siège de l'Assemblée nationale constituante (ANC), la loi fondamentale a été signée par le chef de l'Etat Moncef Marzouki, le président de l'Assemblée Mustapha Ben Jaafar, et le Premier ministre démissionnaire, Ali Larayedh.

M. Marzouki a été le premier à parapher le texte, adopté la veille, embrassant le document et brandissant les doigts en signe de victoire.

constitution tunisienne

La cérémonie avait débuté par la lecture de versets du Coran en présence des députés, des membres du gouvernement et quelques invités étrangers.

Une des images marquantes de cette cérémonie fut la présence de la fille du député Mohamed Allouche, décédé trois jours avant l'adoption de la Constitution et de celle de Mohamed Brahmi, assassiné en juillet dernier, sur les sièges de leurs pères.

Un hommage vivement applaudi par l'audience a été rendu aux défunts par Mustapha Ben Jaâfar lors de son intervention.

Le Président de la République Moncef Marzouki a pour sa part conclu son discours avec deux doigts levés en signe de "victoire", en scandant plusieurs fois: "Nous sommes fidèles au sang des martyrs".

"Avec la naissance de ce texte, on entérine notre victoire contre la dictature", avait-t-il déclaré un peu plus tôt en référence au régime déchu de Zine El Abidine Ben Ali.

"Le chemin est encore long. Il reste un grand travail à faire pour que les valeurs de notre Constitution fassent partie de notre culture (...) C'est la poursuite de notre victoire sur le terrorisme, c'est une victoire pour nous tous", avait ajouté le chef de l'Etat.

Par ailleurs, le Président français François Hollande a félicité la Tunisie dans un communiqué publié sur le site de l'Elysée ce matin:

"Ce texte pose les bases d’une démocratie respectueuse des droits et des libertés de tous les citoyens. Il s’agit d’une étape importante vers l’aboutissement de la transition politique ouverte lors de la révolution tunisienne."

Le Président Hollande a salué "l’esprit de responsabilité de tous les acteurs, qui a permis ce résultat et exprime la volonté de la France de se tenir aux côtés de la Tunisie dans ce moment important de son histoire."

L'ANC avait approuvé dans la nuit de dimanche à lundi la Constitution par une majorité écrasante après plus de deux ans de travaux.

Son adoption a été rendue possible par le retrait du pouvoir d'Ennahdha, qui fait place à un gouvernement d'indépendants dirigé par Mehdi Jomaâ.

Sa composition a été achevée dimanche soir. Ce cabinet devra conduire la Tunisie vers les prochaines élections, prévues "probablement" pour octobre prochain, d'après un responsable d'Ennahdha.

"Dans six semaines, il y aura une loi électorale. La visibilité est claire jusqu'aux élections, qui auront lieu probablement en octobre 2014", a déclaré à l'AFP un haut responsable du Parti Ennahdha, Ameur Larayedh.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.