MAGHREB
21/01/2014 09h:08 CET

Tunisie: La jeunesse s'active pour se faire plus de place dans la Constitution

Les jeunes veulent plus de place dans la Constitution
Shutterstock / Alexey Losevich
Les jeunes veulent plus de place dans la Constitution

Deux initiatives pour la jeunesse sont en train de bousculer les débats constitutionnels.

Alors que les présidents des blocs parlementaires négocient actuellement pour trouver des consensus sur les derniers articles en discussion, des militants s'activent pour introduire plus de "jeunesse" dans les articles 8 et 52.

Comment? En récoltant des signatures directement auprès des constituants. Comme des gages de leur promesse.

Pour des députés encore plus jeunes dans l'article 52

"Certains font des discours sur le rôle des jeunes, eux sont passés à l'action". Sur son compte Facebook, la membre du bureau politique de Joumhouri Zeineb Turki rend hommage à l'initiative pour changer l'article 52.

Hier en fin de journée, la présidente d'Al Bawsala Amira Yahyaoui et le président du JID Zied Boussen ont fait le tour des présidents de bloc. Ils ont récolté les signatures de tous les présidents, dont notamment celle de Mustapha Ben Jaâfar. Les présidents s'engagent ainsi à revoir l'article 52 pour réduire l'âge minimum d'éligibilité des députés de 23 à 18 ans.

anc

Initialement soumis par les jeunes constituants Foued Thamer (27 ans) et Rabiaa Najlaoui (25 ans), l'amendement avait été rejeté en première lecture (80 Pour 41 Abs 63 Contre).

Il n'y a pas eu besoin de beaucoup de persuasion, a indiqué Amira Yahyaoui au HuffPost Maghreb.

"Tout le monde a signé assez vite", s'est réjouie la présidente d'Al Bawsala, soulignant par ailleurs le soutien actif de nombreux députés, notamment Lobna Jeribi (Ettakatol) ou encore la vice-présidente de l'ANC Meherzia Laabidi (Ennahdha).

Est-il pour autant assuré que l'amendement passera? "Il paraît qu'il y a plutôt consensus sur ça", indique Amira en référence aux négociations en cours. "Mais on verra en plénière".

Le mouvement "Article 8"

Un autre groupe de militants pousse actuellement pour faire plus de place aux jeunes dans l'article 8 de la Constitution.

A l'image de l'initiative pour l'article 52, le mouvement "ARTICLE 8" mène une campagne de collecte de signatures. Cette fois-ci auprès de tous les députés. Un travail de longue haleine qui a débuté quelques jours après l'adoption en plénière du-dit article.

Adopté à une large majorité (168 Pour), l'article 8 dispose:

La jeunesse est une force vive dans la construction de la nation. L'Etat veille à assurer aux jeunes les conditions nécessaires au développement de leurs capacités, de leur prise des responsabilités et à élargir et généraliser leur participation à l’essor social, économique, culturel et politique.

Le mouvement s'active aujourd'hui pour constitutionnaliser également la participation des jeunes à la prise de décision. Une notion déjà présente dans le seul amendement présenté par Nadia Chaabane et Fadhel Moussa (Massar) en première lecture, et rejeté (Pour 77 Abs 27 Contre 77).

La motion a collecté, jusqu'à lundi, 61 signatures, selon les coordinateurs du mouvement, Hela Boujneh et Amin Krifi (TAP).

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.