MAGHREB
02/01/2014 14h:10 CET | Actualisé 02/01/2014 14h:51 CET

Le fonds de la dignité sera financé par des "dons" précise le ministère des Droits de l'Homme et de la justice transitionnelle

Flickr/ santheo

Le ministère des Droits de l'Homme et de la justice transitionnelle a assuré dans un communiqué cité par la TAP qu' "aucun crédit budgétaire ne sera affecté au compte spécial du Trésor destiné au Fonds de la dignité (El Karama) pour l'indemnisation et la réhabilitation des victimes de la dictature", précisant que le financement de ce fonds proviendra de dons.

Mercredi, le mouvement Ennahdha a dénoncé dans un communiqué les campagnes "diffamatoires" le visant après l'amendement apporté par son bloc parlementaire à la loi de Finances 2014 et portant création sur ce fonds.

Un fonds controversé

“Une mascarade”, c’est ainsi qu’a qualifié Jalel Bouzid, élu d’Ettakatol, l’adoption de la loi de Finances 2014 avec “des textes inattendus et inacceptables” déposés par le groupe parlementaire du mouvement Ennahdha à la dernière minute. M. Bouzid dénonçait la création du “Fonds de la dignité”, une caisse pour indemniser "les victimes de la dictature".

L’amendement imprévu, déposé par les élus d'Ennahdha a été adopté à une heure tardive dans la nuit du 29 au 30 décembre après une vive polémique. Des députés de l'opposition accusent le parti Ennahdha de vouloir se partager le "gâteau" qu'est le budget de l'Etat.

"Il est regrettable qu'après 1h du matin, la loi de Finances se transforme en un butin pour ceux qui sortent du pouvoir!", a déclaré Iyed Dahmani, élu du parti Al Joumhouri, suscitant l'indignation des députés du mouvement islamiste.

Lire : Tunisie: La loi de Finances adoptée après une vive polémique sur l'indemnisation des "victimes de la dictature"

De l’hémicycle, la polémique s’est étendue aux réseaux sociaux, où une campagne contre la création de ce fonds a été lancée par les internautes. Le symbole de soutien aux Frères musulmans en Égypte "R4baa", a été détourné avec le mot “voleurs”.

fonds karama

fonds karama

Ciblé, le mouvement Ennahdha réagit mercredi 1er janvier via un communiqué de presse pour répondre à des “réactions politiques et médiatiques diffamatoires”. Le parti islamiste affirme que la loi de Finances adoptée ne prévoit “aucun sou du budget de l’État 2014” et que les ressources qui seront allouées à cette caisse proviendront des “associations et organisations" qui veillent à soutenir la justice transitionnelle, précisant que c'est au ministre des Finances de les déterminer.

"Toutes les rumeurs colportées et faisant état d'un montant de 2 milliards de dinars, qualifiées de "butin" qui sera déboursé aux partisans du mouvement Ennahdha par les Tunisiens sont mensongères", a souligné de son côté le ministère des Droits de l'Homme et de la Justice transitionnelle.

La création du fonds de la dignité a été énoncée dans la loi de la justice transitionnelle adoptée le 14 décembre dernier à l’assemblée.

Lire Aussi:

Tunisie: Le projet de loi sur la justice transitionnelle adopté

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.