MAGHREB
12/12/2013 04h:52 CET | Actualisé 12/12/2013 04h:56 CET

Maternité: Les risques commenceraient avant 35 ans, selon une étude

an isolated shot of a pregnant...
shutterstock
an isolated shot of a pregnant...

L'année des 35 ans est souvent désignée comme étant la date limite pour avoir un enfant sans risques. Une date parfaite pour les femmes qui préfèrent généralement avoir une situation stable avant de fonder une famille. Y compris au Maghreb, où l'âge du mariage et du premier enfant est en recul constant.

30 ans

Beaucoup de femmes se basent sur cette limite des 35 ans pour planifier le moment de fonder une famille. Or une étude du Karolinska Institute de Stockholm et de l'université de Bergen montre que le début de la zone à risque se situerait non plus au-delà de 35 ans, mais entre 30 et 34 ans.

Menée sur un million de femmes en Norvège et en Suède, cette étude compare les premières grossesses d'un groupe de femmes âgées entre 25 et 29 ans à celles d'un autre groupe dont l'âge se situe en 30 et 34 ans.

"À notre grande surprise", a déclaré le professeur Ulla Waldenström qui dirigeait l'étude, "nous avons trouvé une augmentation absolue du risque d'effets négatifs sur les grossesses qui surviennent dans le groupe âgé de 30 à 34 ans. Ces résultats sont indépendants des effets de la cigarette et du surpoids."

Des risques d'accouchements prématurés

"Biologiquement, le meilleur moment est probablement entre 20 et 30 ans, poursuit Ulla Waldenström. Pour les femmes individuellement, le risque est petit, mais pour la société ce sera un nombre significatif de complications non nécessaires pour beaucoup de femmes ayant des enfants juste après 30 ans." D'après l'étude en question, une femme accouchant au début de la trentaine aurait plus de chances d'accoucher prématurément ou d'avoir un enfant mort-né.

Ulla Waldenström estime par ailleurs qu'il serait préférable de bien informer hommes et femmes de l'importance de l'âge dans une grossesse.

Les résultats de l'étude n'ont pas manqué de faire grincer quelques dents.

"Nous voulons que les femmes soient instruites, gagnent leur vie, s'asseyent à la table du conseil d'administration, débattent au Parlement, mais nous faisons de la maternité une obsession", a ainsi réagi Grace Dent dans The Independent.

LIRE AUSSI:BLOG: Arrêtez de me demander quand j'aurai des enfants

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.