MAGHREB
23/11/2013 11h:41 CET | Actualisé 23/11/2013 12h:03 CET

Gabes: Des manifestants souhaitent un CHU comme les autres régions (PHOTOS)

Facebook/gabes book

Des associations et des composantes de la société civile ont organisé, samedi 23 novembre, une marche en signe de protestation contre la décision de créer de nouvelles facultés de médecine dans les régions intérieures du pays. Les gouvernorats du Kef, de Sidi Bouzid et de Médenine auront une faculté de médecine, celui de Jendouba une faculté de pharmacie et le gouvernorat de Kasserine bénéficiera lui d’une faculté de médecine dentaire.

Selon le gouvernement tunisien, ces nouvelles réalisations contribueront à "réduire les écarts entre les régions et à promouvoir les qualités des services de santé dans le pays".

Quelques habitants de la région de Gabes se sont insurgés ce matin contre cette décision qui exclut de fait le gouvernorat.

Contacté par le HuffPost Maghreb, un médecin de l'hôpital régional de Gabes donne son avis:

"La région de Gabes est une zone industrielle. A l'hôpital on manque de moyens, nous doter d'une faculté pourrait regler beaucoup de problèmes."

Un autre médecin spécialiste exerçant à Gabes depuis plus de 30 ans a indiqué au HuffPost Maghreb que Gabes était bel et bien un Centre Hospitalo-Universitaire par le passé:

"En 1983, il avait été décidé de réduire notre CHU en simple hôpital régional. 20 ans après, Gabes est en droit de demander de faire partie de ce nouveau projet. La côte est dotée de plusieurs CHU, cette décision ministérielle a été faite pour renforcer le système médical dans les régions intérieures. Les habitants de Gabes ne sont pas contre cette décision, ils s'en félicitent même".

"Ici, nous sommes exposés a des brûlures, et nous sommes une des régions les plus exposées aux accidents industriels. Le choix d'exclure Gabes de ce projet a éveillé une grande frustration. On a le sentiment d'être une nouvelle fois exclu".

Des photos de la manifestation de Gabes

Galerie photo Manifestations à Gabes Voyez les images

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.