MAGHREB
22/11/2013 08h:44 CET

Tunisie: L'ANC lance un appel d'offres pour héberger les députés à l'hôtel

Le Temps

L'Assemblée nationale constituante (ANC) a lancé "un appel d'offres national afin d'assurer l'hébergement des députés dans des hôtels situés à proximité de l'Assemblée pour une période de 45 jours, à l'occasion des débats relatifs à la Constitution".

L'appel d'offres, publié dans plusieurs journaux ce vendredi, précise que "les hôtels de catégorie trois et quatre étoiles, qui possèdent au minimum 300 chambres (...), peuvent retirer le dossier d'appel d'offres au siège de l'ANC". Ils ont jusqu'au 2 décembre.

Contacté à ce sujet par le HuffPost Maghreb, Mofdi Mseddi, chargé de la communication de la présidence de l'Assemblée, dit ne pas avoir été mis au fait de cette publication.

Même son de cloche chez Mohamed Salah Chaïrat, député et membre du bureau de l'Assemblée. Ce dernier confirme cependant une décision du bureau en ce sens, il y a plus d'un mois.

"Nous allons devoir travailler jour et nuit lors des débats relatifs à la Constitution. Nous avons donc estimé qu'il fallait pour cela fournir aux députés les conditions de travail adéquates en cette période cruciale", a-t-il déclaré au HuffPost Maghreb.

L'hôtel en plus d'une prime de logement?

Les députés ne disposaient-ils pas déjà d'une prime de logement? "Absolument pas!" répond M. Chaïrat. Le député explique que suite à la décision du Tribunal administratif d'annuler l'arrêté portant sur l'augmentation des indemnités parlementaires, aucune prime de quelque sorte que ce soit n'est attribuée.

"Au début de leur mandat, les députés étaient logés à l'hôtel. Une prime de logement a par la suite été décidée par l'Assemblée mais annulée par le Tribunal. Les députés ne sont pas retournés à l'hôtel pour autant et le budget alloué à cet hébergement a été économisé", insiste Mohamed Salah Chaïrat.

Le 19 novembre dernier, l'ANC avait communiqué les informations relatives aux indemnités des élus. "L'indemnité des députés est de 2340 dinars, pas plus. Qui plus est, la prise en charge de l'hébergement à l'hôtel, qui était assurée pour les membres du précédent parlement, a été annulée en septembre 2012", précise la présidence de l'Assemblée.

Sans prime de logement ni hébergement à l'hôtel, "les élus des régions ont des difficultés pour se déplacer et les frais pour se loger à Tunis, en plus de leur logement dans les régions, sont élevés", soutient M. Chaïrat. "Il y a des députés qui font un trajet de plusieurs centaines de kilomètres chaque jour. Et la situation sera d'autant plus compliquée pour les femmes, lorsqu'il faudra sortir de l'Assemblée la nuit et chercher un moyen de transport" (sic), déplore-t-il.

"Il est vrai que cela permettrait de limiter les absences, avec le transport assuré le matin et le soir du Bardo à l'hôtel, comme cela se faisait avant", a estimé Karima Souid, également membre du bureau, qui affirme cependant ne pas avoir eu connaissance de cette initiative.

L'appel d'offres prévoit 45 jours d'hébergement (dont les dates ne sont pas communiquées) correspondant, théoriquement, à la durée des débats sur la Constitution. La feuille de route du dialogue national, aujourd'hui suspendu, prévoyait un délai maximum de quatre semaines pour l'adoption de cette Constitution.

LIRE:Pourquoi la feuille de route du quartet est utopique?

appel doffres anc