MAGHREB
16/11/2013 06h:48 CET | Actualisé 16/11/2013 07h:02 CET

Des parcs d'attractions à la gloire du travail: Quand le rêve laisse place à la réalité?

kidzmondo.com

"Que veux-tu faire plus tard?" Une question souvent posée aux enfants.

Pour les aider à y répondre, pourquoi ne pas les confronter au monde du travail dès leur plus jeune âge?

Si le travail des enfants est interdit dans la plupart des pays, il est encouragé dans ces nouveaux parcs d’attractions qui pullulent un peu partout.

Le concept peut laisser dubitatif, voire perplexe, mais il fonctionne, à en croire les pays qui ont accueilli ces aires de jeu pas comme les autres.

Travailler plus pour s’amuser plus?

En septembre 2013, "Kidzania" a ouvert ses portes au Caire (Egypte).

Ce parc d’attractions, fondé par un Mexicain en 1999, est une véritable ville miniature gérée "par les enfants, pour les enfants" (âgés de 2 à 14 ans), qui leur enseigne les vertus du travail et la bonne gestion financière.

"Kidzania" a aussi conquis d’autres villes à travers le monde, comme Tokyo, Lisbonne, Dubaï, le Koweit, Moscou ou encore Bankgkok. D’autres franchises sont par ailleurs prévues pour 2015, à Londres, en Arabie Saoudite et au Qatar par exemple.

Le monde merveilleux de "KidzMondo" s’offre également une part du gâteau (avec une vingtaine de parcs dans le monde) en invitant les plus jeunes à s’essayer à la vie d’adultes.

Ce nouveau genre d’ "edutainment" (qui mêle le pédagogique et le ludique) semble en tout cas séduire les petits comme les grands, et les sponsors ne sont pas non plus en reste pour fidéliser leur clientèle dès le plus jeune âge. Au point de parler de "adtainment" (divertissement et publicité)?

Une ville miniature

Tout travail mérite salaire, et ces parcs d’attractions ne font pas exception.

Avec leurs propres monnaies leurs chéquiers, leurs cartes bancaires et près d’une centaine de métiers différents (médecin, pilote, journaliste, pompier, vétérinaire…), les enfants n’ont que l’embarras du choix!

Ville miniature oblige, ce genre de parc propose aussi supermarchés, boutiques, cafés, théâtres, hôpitaux, écoles, hôtels, universités, usines, stations essence…

"KidzMondo n’est en aucun cas un parc d’attractions dans le plus pur sens du terme, car nous voulons absolument nous éloigner des activités violentes et/ou qui ne nécessitent aucune réflexion, de type jeux vidéo. Notre but est au contraire de proposer aux jeunes un concept éducatif et amusant, qui, en parallèle, les familiarise avec le monde des adultes et le responsabilise", explique à l’Orient Le Jour le PDG de la compagnie Kidz Holdings SAL, Ali Kazma.

Et lorsque des journalistes du Monde Diplomatique lui demandent ce qu’il voulait faire quand il était petit, il répond: "Je n’ai jamais eu envie d’être médecin ou ingénieur. J’ai toujours voulu être un homme d’affaire."

Un rêve qui est devenu, lui, réalité.