MAGHREB
14/11/2013 15h:13 CET | Actualisé 14/11/2013 15h:17 CET

Ali Larayedh: La démission du gouvernement n'est pas à l'ordre du jour

Interrogé par la chaîne de télévision France 24, le chef du gouvernement Ali Larayedh a indiqué que la démission du gouvernement n'était pas à l'ordre du jour, "pour l'instant".

"Il existe trois processus liés, celui de la Constitution, celui des élections et enfin celui du gouvernement. Ces trois processus ont été bloqués et le dialogue national suspendu. Donc le délai (de trois semaines à partir du démarrage du dialogue national) pour la démission du gouvernement reste théorique et le gouvernement poursuit sa mission, a-t-il affirmé.

Pour le chef du gouvernement, sa démission fait donc partie d'un "package" et ne serait effective qu'avec l'aboutissement des deux autres processus cités.

Marche arrière?

La feuille de route l'engage-t-elle? Larayedh se gardera de répondre, revenant sur la manifestation organisée ce vendredi 15 novembre par le Front populaire: "Le maintien du gouvernement ne dépend pas de la volonté du Front populaire", a-t-il lancé.

Le démarrage du dialogue national avait été retardé en raison du refus d'Ali Larayedh d'annoncer officiellement son intention de démissionner selon les termes de la feuille de route élaborée par le quartet de médiation, liant une éventuelle démission du gouvernement à l'achèvement des processus constitutionnel et électoral.

LIRE AUSSI: Démission du gouvernement trois semaines après le lancement du dialogue? Ali Larayedh pose ses conditions

Le 25 octobre, un document signé par le président du gouvernement, dans lequel il s'engage à présenter sa démission "dans les délais" impartis, avait permis de débloquer la situation. Pour autant, le dialogue national a été suspendu le 4 novembre dernier, les partis n'étant pas parvenus à trouver un accord sur le nom du futur Premier ministre.