MAGHREB
03/10/2013 15h:06 CET

Des sites de communes tunisiennes ont gardé la couleur mauve de l'ancien régime (PHOTOS)

Portrait du Président déchu Ben Ali à Kairouan
Andrea Calabretta
Portrait du Président déchu Ben Ali à Kairouan

On avait pourtant annoncé l'ancien régime révolu. On avait pourtant été témoin de la fuite du dictateur vers les cieux accueillants de l'Arabie Saoudite. On avait pourtant rêvé un pays libre de ses portraits géants dans les rues, de ses tableaux sur les murs des institutions. Mais il faut croire que le Zine El Abidine Ben Ali n'avait pas tout emmené dans ses valises.

Hormis le portrait du président déchu toujours présent au siège du ministère de l'Intérieur au titre d'ancien ministre du 28 avril 1986 au 7 novembre 1987 (jour de la prise de pouvoir de Zine El Abidine Ben Ali), tous les sites officiels des ministères, des institutions administratives et des facultés avaient été modifiés pour en effacer la couleur "mauve" dans le but de tourner la page définitivement.

La couleur "mauve". Ecoles, maisons, et émissions de télévision s'en ornaient. La couleur emblématique de l'ex-président devait alors être à la vue de toute la population. Et devait à présent en être retirée.

Tous? Non!

Quelques sites web ont toutefois conservé leurs couleurs d'antan, à l'instar du site de la direction des douanes au sein du ministère des Finances, qui a conservé la couleur violette de sa page concernant les Tunisiens résidents à l'étranger.

site

Les autres sites n'ayant pas évolué en concert avec la révolution concernent quelques communes, comme celles, entre autres, de Kasserine ou de Sidi Bouzid (Voir la photo ci-dessous), pourtant chefs-lieux de la révolution tunisienne.

site

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook