MAGHREB
24/09/2013 13h:37 CET | Actualisé 25/09/2013 06h:59 CET

Amira, une voyageuse tunisienne qui a tout quitté pour découvrir le monde (PHOTOS, VIDÉO)

Facebook/WanderTheWorldsWonder

En octobre 2012, Amira a décidé de tout plaquer pour parcourir le monde, munie uniquement d’un sac à dos, d’une carte et d’un stylo. Vous en rêvez? Elle l’a fait!

"333 jours, 15 pays et 81 300 km (par avion, train, bus et bateau)" plus tard, cette adepte du CouchSurfing (concept qui consiste à dormir gratuitement chez l’habitant à travers le monde) ne regrette pas du tout son choix, bien au contraire.

Méditations et balade à dos d’éléphant en Thaïlande, plongée sous-marine en Australie, festival en Nouvelle-Zélande, fête des cerisiers en fleur au Japon, cascades de Sarraméa en Nouvelle-Calédonie, trek dans les rizières du Vietnam… Et la liste est encore longue des voyages et découvertes d’Amira l’aventurière.

Sous le pseudo de "Wander The World's Wonder", la jeune femme partage de magnifiques photos et vidéos de son périple via sa page Facebook, son site, et sa chaîne YouTube. Des carnets de voyage virtuels, en quelque sorte.

voyages

Contactée par le HuffPost Maghreb, en direct des contrées thaïlandaises, Amira nous raconte un bout de sa belle histoire:

HuffPost Maghreb: D’où vous vient cette "fièvre voyageuse"?

Amira: Je pense que je l’ai dans le sang. Je viens d’une famille qui aime voyager. Mon père m’a toujours dit: "le voyage forme la jeunesse."

Quand j’avais 5 ou 6 ans j’ai vu une photo de mes 2 sœurs aînées à l’étranger. J’ai demandé à ma mère où avait été prise la photo et elle m’a répondu qu’elle, mon père et mes sœurs étaient partis de Tunis jusqu’en Espagne par train, en passant par l’Algérie et le Maroc. L’image m’a toujours fait rêver.

Pourquoi avoir choisi le CouchSurfing?

C’est plutôt le CouchSurfing qui m’a choisie. En fait, voyager pour visiter des musées et des monuments, c’est bien au début. Mais le CouchSurfing m’offre la possibilité de parler avec les locaux, vivre chez eux, partager leurs repas, etc. Je ne me suis jamais sentie étrangère dans un pays accompagnée d’un "cs" (ndlr, un "couchsurfer", ou membre de la communauté du CouchSurfing). Je dirais même que c’est mon guide de voyage.

Qu’apprenez-vous de ces voyages, sur vous-même et sur le reste du monde?

Ces voyages auront été l’école de ma vie. Les plus grandes leçons que j’en ai tiré, je pense, sont apprendre à ne pas s’inquiéter, avoir confiance en soi et dans les autres, et vivre le moment présent. Mais aussi ne pas s’inquiéter de tomber avant de tomber, d’être arnaqué quand on ne peut pas l’éviter, ou de perdre du temps. S’inquiéter ne nous protège pas, mais ça nous empêche de vivre.

"Nous ne comprenons vraiment le miracle de la vie que lorsque nous laissons l'inattendu se produire" (Paulo Coelho).

Comment financez-vous vos voyages?

A 100% grâce à mes économies personnelles.

Les procédures de visas restreignent-elles tes projets de voyage, en tant que Tunisienne?

Je dois dire que j’ai la chance d’avoir un 2ème passeport, ce qui me facilite ce genre de voyage, donc j’utilise les deux. J’avoue que j’ai eu des problèmes pour traverser des frontières avec le passeport tunisien. Mais si on choisit ses destinations bien à l’avance et que l’on prépare le nécessaire, je pense que ça peut aller. C’est vrai que c’est assez handicapant quand même lorsqu’il s’agit de changer de destination pour ce genre de voyages. Personnellement, j’ai dû changer plusieurs fois de parcours et cela n’aurait pas été forcément possible avec seulement le passeport tunisien.

Vous parlez de “challenges” relevés sur votre site. Quel a été le plus grand jusqu’à maintenant?

Les décisions à prendre tous les jours en voyageant. C’est dur… Où aller? Où rester? Que faire? Quand partir et quand rentrer? La survie en solitaire, c’est ce qui restera mon plus grand challenge du voyage je pense.

voyages

Votre prochaine destination?

Le Cambodge, pour voir l'un des plus grands sites religieux au monde: Angkor Wat. Mais la Tunisie me manque et j’aimerais bien rentrer bientôt.

Vous envisagez donc de revenir bientôt en Tunisie?

Je reviendrai toujours en Tunisie. J’avoue qu’en quittant la Tunisie, je pensais qu’il me faudrait des années avant de ressentir le besoin de revenir. Mais voilà moins d’un an que je suis partie et la Tunisie me manque. Marcher sur l’avenue Habib Bourguiba, que je considère comme le cœur du pays, flâner dans la Médina, voir une pièce de théâtre en tunisien… Tout cela me manque. Mais les voyages font partie de ma vie et je ne suis pas près d’arrêter. A mon retour, je pense d’ailleurs préparer un prochain voyage en Amérique latine. Mais Tunis sera toujours mon point de départ.

LIRE AUSSI: >>Un Gahaf tunisien en tour du monde

Des projets à votre retour?

Je vais organiser une exposition photo et probablement travailler sur mon dernier projet: un livre appelé “Carnet des 23 Souhaits”, qui m’aidera à redescendre de mon petit nuage.

Avant de prendre mon billet retour pour Tunis, je voulais faire quelque chose qui me ferait vivre avec enthousiasme et passion mes derniers jours de voyage, pour mieux supporter le retour.

Les personnes qui me suivent depuis le début de mes voyages m’ont toujours encouragée et ont donné un sens à mon aventure. Du coup, j’ai voulu partager un peu plus avec elles. L’idée consiste à écrire le message ou le souhait d’une de ces personnes (des "fans" sur facebook) sur un bout de papier, trouver le cadre le plus adéquat et prendre une photo. J’en ai pris 5 jusque-là, il m’en reste encore 18 qui seront toutes réunies dans un petit livre.

voyages

voyages

Que diriez-vous à ceux qui rêvent de sauter le pas et vivre la même aventure que vous?

C’est faisable, il faut avoir la volonté et foncer. Vous ne le regretterez pas. Je pense que c’est la meilleure décision que j’ai prise, et celle qui aura eu le plus d’impact sur ma vie. Je vois le monde autrement aujourd’hui.

Un dernier petit mot, appris au cours de tes voyages peut-être?

Le meilleur mot que j’ai appris, c’était en Papouasie-Nouvelle-Guinée: “Ati Wo Wa”, qui est utilisé pour dire merci, mais qui se traduit mot à mot par: “je te donne mon cœur”. J’ai trouvé ça super généreux.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook