MAGHREB
21/09/2013 07h:28 CET | Actualisé 21/09/2013 07h:34 CET

Décès de l'acteur marocain Hamidou Benmessaoud

AFP/Jack Guez

Hamidou Benmessaoud, l’acteur marocain à la carrière internationale, s’est éteint le 19 septembre à l’âge de 78 ans des suites d’une longue maladie, trois mois après son admission dans un hôpital parisien.

"Amidou" tire sa révérence

A 17 ans, Hamidou quitte le Maroc pour suivre des études d’art dramatique au Conservatoire de Paris. Il fera ses premiers pas au théâtre à l’âge de 26 ans, dans la pièce "Les paravents" de Jean Genet, puis il débutera au cinéma grâce au réalisateur Claude Lelouche dont il devient l’acteur fétiche.

Après avoir ouvert les portes du septième art français, il s’illustrera outre-Atlantique en jouant aux côtés d’acteurs comme Robert De Niro, Brad Pitt et Robert Redford.

En près d’un demi-siècle de carrière, Amidou aura joué dans une quarantaine de films et une dizaine de téléfilms. Il recevra plusieurs prix pour son parcours cinématographique, comme celui d’interprétation masculine du Festival international de Rio en 1969, pour son rôle dans "La vie, l’amour et la mort", réalisé par Claude Lelouch.

En 2005, il reçoit un trophée des mains de Martin Scorsese en son honneur lors de la cérémonie d'ouverture du Festival de Marrakech. Belle consécration de la part de son pays qu’il aimait tant…

Maroc, mon amour…

Bien qu’il ait passé la plus grande partie de sa vie en France, Amidou n’a jamais oublié son pays d’origine pour lequel il vouait un amour inconditionnel.

Dans un interview accordé à Maghrebia.com en 2006, il déclarait:

"Lorsqu'on parle d'Hamidou à l'étranger, on dit Amidou le Marocain. Je pense que c'est une preuve suffisante que je n'ai jamais oublié mon pays et que ce que j'ai fait ici ou ailleurs, c'est le Marocain en moi qui l'a fait. (…) J'ai fait beaucoup pour mon pays, même en étant loin."

Et les marocains le lui rendent bien.

Sur le site de la royauté du Maroc, un message du roi Mohammed VI présente ses condoléance à la famille de l’acteur et rend hommage à "cet artiste créateur, qui compte parmi les stars du cinéma et du théâtre que le Maroc a connus et qui ont enrichi les scènes artistiques nationale et internationale par des oeuvres indélébiles dont se remémoreront toujours les adeptes de l'art authentique, grâce aux qualités humaines nobles connues au regretté, à ses rôles distingués, à son goût artistique raffiné et à sa sensibilité."

Sur la Toile aussi, les messages se multiplient:

"Vous savez la politique et moi ça fait deux. Mon parti à moi c'est le Maroc, mon Roi est Mohammed VI et ma religion c'est l'islam", disait-il.

Et lorsqu’on lui demandait s’il comptait rentrer au Maroc un jour, il répondait :

"Mais, je ne rentre pas, je suis là! Les gens pensent toujours que Hamidou est à l’étranger. Quand je reçois des propositions pour jouer dans des films marocains, je réponds présent. Ce n’est pas parce que je joue ailleurs que je ne suis pas là."

Chapeau bas, l’artiste.