MAGHREB
20/09/2013 10h:16 CET | Actualisé 20/09/2013 10h:27 CET

"Ana Hunna": Projection de films sur l'autonomisation économique des femmes, du 20 au 22 septembre 2013 à Tunis

Facebook/AnaHunna

"Les femmes sont autodéterminées, actives et influentes dans l’économie et la société", tel est le slogan d’ "Ana Hunna (أنا هنا, I am here, Je suis là)".

Dans le cadre de cette initiative, 8 courts-métrages illustrant la situation des femmes en Egypte, en Jordanie, au Maroc et en Tunisie seront diffusés successivement dans ces quatre pays pour défier les stéréotypes et attitudes traditionnelles à l’égard des femmes.

L’objectif est, en plus de nourrir le débat social autour des femmes au travail, de mettre en avant leurs engagements dans différents domaines et lutter pour la parité.

La projection débutera le vendredi 20 septembre 2013 à 18h30 au Théâtre municipal de Tunis en présence de son excellence l’ambassadeur d'Allemagne, et se poursuivra le 22 septembre au CinéMadart de Carthage à partir de 18h30.

Quatre documentaires et quatre fictions de 15 à 30 minutes seront à l’honneur:

ana hunna

Capture d'écran/Ana Hunna

Tous ces courts-métrages ont été produits exclusivement pour le projet "Ana Hunna", et dressent un beau portrait des femmes dans leurs quotidiens respectifs.

"Le seul moyen d’arriver à créer des opportunités sociales et économiques pour les femmes est d’éveiller les consciences en matière de leurs droits économiques, dans le but de les amener vers l’affirmation de soi et vers une capacité à prendre des décisions. (…) Les moyens artistiques et cinématographiques sont efficaces et explicites et ont fait leurs preuves dans d’autres pays arabes", a expliqué Monia Gastli, coordinatrice du programme de renforcement des capacités économiques de la Femme dans la région d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, dans un communiqué de presse.

L’initiative "Ana Hunna" a été lancée dans le cadre du programme régional "Intégration économique des femmes dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord" (ECONOWIN), et est financée par le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du développement (BMZ).